×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Gestion des catastrophes naturelles
Le Maroc en catimini à Kobe

Par L'Economiste | Edition N°:1942 Le 20/01/2005 | Partager

. Des changements climatiques conséquents dans 15 ans. Pas encore de mesures concrètes pour y faire faceEnfin le sujet ne fait plus «bâiller» l’opinion publique, surtout après la tragédie du tsunami dans le sud-est asiatique. Le Maroc n’est pas épargné, cela a été écrit, dit et redit. Mais, et c’est probablement le pis, malgré les nombreuses sonnettes d’alarme, des mesures pour faire face aux changements climatiques sont toujours absentes. Alors qu’en 2020, c’est-à-dire dans 15 ans, le Royaume aura, et les experts le savent, à affronter des difficultés environnementales considérables qui commencent déjà à produire de l’effet. Jetez un œil sur ce que devient la forêt de Maâmora, dont la détérioration provoquera ni plus ni moins, d’ici une dizaine d’années, l’ensablement de toute la vallée du Bouregreg (y compris les villes de Rabat, Kénitra, Salé). Apocalyptique mais non moins réel. Si ce n’est pas de l’anticipation…Le Maroc, qui participe cette semaine à la Conférence mondiale de Kobe sur les catastrophes naturelles, a présenté le rapport national sur la prévention des désastres(1). Le document passe en revue les différentes questions liées à la gestion des désastres et la prévention des risques d’une manière succincte, voire édulcorée sans chiffres détaillés (sur les constructions par exemple) encore moins actualisés. Au regard des enjeux, le rapport est plutôt maigre. De même l’évaluation des vulnérabilités faite entre 1994 et 2004 est “limitée”, mais donne déjà de quoi avoir des sueurs froides. Il y aura une tendance nette au réchauffement de l’ordre de 1 °C, une réduction moyenne du volume annuel des précipitations de 4%, une hausse de la fréquence et de l’intensité des sécheresses dans le sud et le sud-est du Royaume et un dérèglement des précipitations saisonnières.Une baisse moyenne et générale des ressources en eau de l’ordre de 15% est attendue. Le capital en eau par habitant passerait à 667 m3/habitant/an au lieu de 786 m3 dans l’hypothèse d’absence de changement climatique. Il est également prévu une réduction des rendements des céréales de 50% en année sèche et de 10% en année normale. Les besoins en eau des cultures irriguées s’accroîtront de 7 à 12%. En 2020, près de 33% de la population et 70% des populations les plus pauvres vivraient en milieu rural. Près de 400 sites sont vulnérables aux inondations.Le Maroc dispose de 80 barrages d’une capacité totale de 10 milliard de m3. Près de 50 millions de m3 seraient perdus chaque année par envasement et à cause de l’érosion des sols dans les bassins versants. Et au moins un milliard de m3 est perdu dans le gaspillage dans l’agriculture. C’est le Secrétariat d’Etat à l’Eau qui l’affirme (voir www.leconomiste.com).Les barrages construits depuis plus de 20 ans sont envasés à plus de 10% de leur capacité initiale. Quatre barrages ont déjà été surélevés, et trois autres sont déjà envasés à plus de 50%. Sept ont une tranche morte déjà remplie. Le couvert végétal régresse de plus de 30.000 ha par an.L’activité sismique est également très importante. Le Réseau national de surveillance et d’alerte sismique (RESAS) a enregistré 20.589 évènements sismiques entre janvier 93 et juin 2003. 1492 secousses répertoriées ont des magnitudes inférieures à 3, 573 entre 3 et 4, 57 séismes ont une magnitude entre 4 et 4,9 et deux séismes d’une magnitude supérieure à 5.Le Royaume a demandé à Kobe la mise en place d’un fonds international pour la prévention des catastrophes dans les pays en développement. Il propose également l’inventaire de toutes les catastrophes survenues dans les pays en développement pour mieux évaluer leur vulnérabilité.


Les grandes catastrophes du XXe

- Décembre 1908: un séisme autour du détroit de Messine (Italie) détruit les villes de Messine en Sicile, Reggio de Calabre et Palmi: 70.000 à 100.000 morts. - Décembre 1920: séisme dans le Gansu (Chine, nord-ouest) : 200.000 morts. - Septembre 1923: séisme à Yokohama, région de Tokyo (Japon): 143.000 morts. - Mai 1927: séisme à Nanchang (Jiangxi, sud de la Chine) : 200.000 morts. - Décembre 1932: séisme au Gansu (Chine) : 70.000 morts. - Octobre 1942 : cyclone au Bangladesh, dans la région de Sundarbands (sud): 61.000 morts et disparus. - Mai 1970: séisme sur la côte péruvienne: 66.000 morts. - Novembre 1970: un cyclone suivi d’un raz-de-marée au Bangladesh fait près de 300.000 morts et disparus. - Juillet 1976: séisme à Tangshan (Chine): 242.000 morts. - Avril 1991 : cyclone au Bangladesh suivi de tornades et d’inondations : plus de 139.000 morts.- Décembre 2004: Tsunami en Asie : au moins 165.000 mortsCes catastrophes ont ôté la vie à plus de 1.600.000 personnes. Mouna KADIRI-------------------------------------------------------------------------------------------(1) Rapport national sur la prévention des désastres, conférence de Kobe-Hyogo, janvier 2005. Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement, direction de la Surveillance et de la Prévention des risques (avec PNUD).

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc