×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Gazoduc Maghreb-Europe : La mise en service reportée de 6 mois

    Par L'Economiste | Edition N°:143 Le 01/09/1994 | Partager

    Le nouveau deadline de la mise en service du Gazoduc Maghreb-Europe est mars 1996 au lieu d'octobre 1995 comme prévu initialement. Malgré ce retard, les travaux avancent au niveau de l'ensemble des tronçons.

    La réalisation du Gazoduc Maghreb-Europe a pris quelque retard par rapport au programme initial. Celui-ci prévoyait, pour le tronçon marocain, la pose des pipes pour le début 1994 et la mise en service pour octobre 1995. Les nouveaux délais fixent le démarrage de la pose des pipes pour janvier 1995 et la mise en service pour mars 1996.

    Ce retard est à imputer à celui du tronçon algérien évalué à près de trois mois. Celui-ci serait dû aux retards dans le déblocage des financements et à la mise en place de la logistique.

    Pour les responsables de Metragaz, les délais de réalisation du tronçon marocain sont également nivelés de manière à ce que les dates de la mise en service des deux tronçons coïncident.

    Les marchés de pose des pipes (génie civil, transport de matériel et équipement, base de vie, support logistique, contrôle d'exécution et essais non destructifs) ont été adjugés 15 juillet dernier. Le tronçon A, de la frontière maroco-algérienne à Taza, a été confié au consortium composé de Daipsa, entreprise espagnole filiale de Dragados et Auxini, et de l'entreprise française Entrepose Montalev. Le tronçon B, de Taza à Tanger, est revenu au groupement de l'entreprise allemande Mannesmann Anlagenbau et de l'entreprise espagnole Fomento de Construcciones y Contratas (FCC). La signature des contrats est prévue pour le 15 septembre. Le montant du marché des deux tranches s'élève à 180 millions de Dollars. La participation des sociétés marocaines dépassera, selon les responsables de Métragaz, 35% du montant estimé pour la réalisation de l'ouvrage.

    Le marché de la pose a donc été scindé en deux : de la frontière algérienne à Taza et de Taza à Tanger. Cette séparation s'explique par un souci de rapidité dans l'exécution des travaux et de flexibilité du chantier.

    Au niveau de l'appel d'offres, peu d'entreprises marocaines se sont constituées comme soumissionnaires. Elles ont, semble-t-il, préféré intervenir en tant que sous-traitants. Dans les réponses des groupements figurent bien entendu une liste de sous-traitants marocains potentiels mais elle n'est pas définitive.

    L'entreprise allemande Eupec qui a installé une unité de revêtement de pipes à Nador a déjà acheminé 325km de pipes de l'entreprise italienne Ilva et de Mannesmann. Eupec se charge du revêtement des pipes contre la corrosion interne et externe.

    L'unité est entrée en activité depuis janvier 1994. Son rythme de production actuel est de 50km par mois. Près de 256km de pipes sont déjà revêtus. Le coût de cette unité est approximativement de 13 millions de Dollars. Elle emploie près de 200 personnes dont 160 Marocains.

    Le contrôle de qualité est assuré par l'entreprise marocaine SCS (Société de Contrôle et de Sécurité). C'est un marché de 2 millions de DH. SCS a passé un accord de coopération avec Cualicontrol Madrid avant d'être sélectionnée par Metragaz.

    Quant au marché des télécommunications, il a été adjugé clés en main, le 10 mai 1994, à UTE Sintel-Tehisa, entreprise espagnole. Celle-ci est chargée d'assurer la fourniture du matériel, la mise en place du système de télécommunications, de sa mise en service et de son entretien pour les deux premières années.

    Le matériel fibre optique sera celui d'Alcatel, les multiplex porteront la marque Nokia, les centres téléphoniques Northen Télécom et les équipements radio Teltronic. Les systèmes de télé-contrôle ou SCADA pour les stations de compression seront fournis par Siemens. La valeur du marché est de 11 millions de Dollars.

    Pour le tronçon sous-marin, l'entreprise italienne Saipem a obtenu le marché de la pose le 3 juin 1994. Le dragage au niveau des côtes marocaines a débuté depuis le 26 juillet dernier. La pose de la tuyauterie devrait commencer le 15 octobre 1994 pour être achevée le 20décembre 1994. Le couloir retenu est celui qui lie Tanger à Tarifa en tenant compte des critères techniques, de trafic et de houle.

    Concernant les stations de compression, les appels d'offres pour le génie civil et le montage mécanique seront lancés courant septembre 1994. L'adjudication est prévue pour le mois de janvier 1995.

    Les "turbos compresseurs" pour ces stations de compression seront fournis par le groupement anglo-américain Cooper-Rolls.

    Du côté algérien, au 8 août dernier, la quantité de tubes fournis a été de 190km. Bechtel, l'entreprise en charge du chantier, a lancé des commandes d'achat (engins, véhicules..). La construction de la base de vie a débuté.

    Enfin, les appels d'offres pour la construction des stations de compression devront être lancés ce mois-ci.

    L.T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc