×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Gatt: La France veut réviser l'accord sur les oléagineux

    Par L'Economiste | Edition N°:75 Le 15/04/1993 | Partager

    Selon une enquête effectuée par la Commission européenne, la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) profitera aux petits exploitants lais pénalisera les gros céréaliers. Le revenu augmentera de 19%, grâce au système compensation, pour un exploitant dont la production est .inférieure à 92 tonnes de céréales par an et de 8% pour celui qui en produit entre 92 et 230. Pour les exploitations de plus de 230 tonnes, le revenu baissera en revanche de 14%. Les a accroissements de revenus atteindront par ailleurs 8% pour les producteurs de lait, 16% pour les éleveurs de bovins et 12% pour les éleveurs de bovins et de vaches laitières.

    Les résultats de cette enquête arrivent au moment où les milieux agricoles français réclament une "réforme de la réforme" de la politique agricole commune. Lors d'un entretien avec le premier ministre français Edouard Balladur, mardi 6 avril, les organisations agricoles avaient en effet demandé que la nouvelle majorité obtienne une révision de la PAC. A l'issue de cet entretien, M. Balladur a demandé à son tour aux syndicats agricoles d'établir une liste de compensations pour atténuer les effets néfastes de la réforme de la PAC. Au cours de cette même entrevue, le gouvernement français s'est déclaré prêt à accepter le volet oléagineux des accords du Gatt, à condition d'y apporter "quelques aménagements". Cette condition, qui peut être jugée comme le début d'une reddition, rappelle la position française vis-à-vis du compromis de Washington(1) conclu le 20 novembre 1992 avec les Américains . La France ne veut toujours pas accepter en bloc ce compromis et souhaite donc séparer le volet oléagineux du volet agricole. Souhait qui risque d'être rejeté encore une fois par les Etats-Unis.

    (1) L'accord sur le volet agricole du GATT, conclu le 20 Novembre à Washington, a reçu, le 25 novembre, l'aval de la Commission de Bruxelles. Un rapport de dix pages, rendu public le même jour, stipule que le compromis de Washington est, en effet, compatible avec la PAC (Politique Agricole Commune). Il démontre produit par produit que les engagements pris aux Etats-Unis forment "un tout cohérent" avec la PAC.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc