×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France/clandestins: 7.000 parents régularisés

Par L'Economiste | Edition N°:2365 Le 20/09/2006 | Partager

. 30.000 demandes déposéesLES autorités françaises ont finalement décidé de ne régulariser que 7.000 immigrés clandestins dont les enfants sont scolarisés en France, suscitant la colère des associations qui s’étaient mobilisées contre la politique du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. Sarkozy, qui brigue la présidence de la République en 2007, et a fait du contrôle de l’immigration l’un de ses chevaux de bataille, avait exclu d’avance toute régularisation massive d’étrangers, comme en Espagne et en Italie. Le chiffre de 6.924 demandes acceptées est bien inférieur aux quelque 30.000 demandes déposées, même si les enfants ne sont pas comptabilisés. Il est toutefois supérieur à ce qui était initialement prévu avant une vaste mobilisation au printemps d’associations regroupées au sein du Réseau éducation sans frontières (RESF) contre les expulsions de familles en situation irrégulière. Par ailleurs, il est «évident» que toutes les personnes refusées ne seront pas expulsées, a déclaré le 18 septembre le médiateur national dans ce dossier, l’avocat Arno Klarsfeld. «Mais un certain nombre le seront, parce que sinon, cela voudra dire qu’il suffit de rentrer en France, d’avoir un enfant, de le scolariser et finalement d’être régularisé», a-t-il ajouté. De nombreuses manifestations avaient été organisées, et de nombreux maires de gauche avaient symboliquement parrainé des enfants sans papiers, tandis que d’autres dont les parents étaient sous le coup d’un arrêté de reconduite à la frontière avaient été hébergés dans des familles françaises. Sous la pression, Sarkozy avait alors fait publier une circulaire édictant une série de critères pour permettre la régularisation de parents dont un enfant est scolarisé en France. Elle permettait l’examen ou le réexamen des cas remplissant des critères de «résidence habituelle», de «scolarisation effective des enfants», d’«absence de lien des enfants avec le pays d’origine» et de «volonté d’intégration» notamment.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc