×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

France
100.000 contrats aidés supplémentaires pour 2009

Par L'Economiste | Edition N°:2891 Le 29/10/2008 | Partager

. Un plan pour sortir de la crise financière. Le nombre d’embauches augmentera à 330.000«100.000 contrats aidés supplémentaires pour 2009». C’est le cadeau de fin d’année annoncé hier, mardi 28 octobre, à Rethel (Ardennes) par le président Nicolas Sarkozy. Le chef de l’Etat français a demandé au gouvernement «d’augmenter à 330.000 le nombre d’embauches dans ces contrats dans le projet de loi de finances pour 2009, soit 100.000 de plus que ce qui était prévu». Le budget 2009 prévoyait 230.000 contrats aidés dans le secteur associatif, éducatif et sanitaire et 50.000 dans le secteur marchand. «Je demande à ce que soit préparé un plan d’action et de veiller à ce qu’une véritable offre de services soit destinée aux bénéficiaires de contrats aidés, en cours même de contrat, pour leur donner le maximum de chances d’obtenir à la sortie un emploi dans une entreprise», a soulevé Sarkozy. Plus ferme, le président a demandé de «mobiliser le service public de l’emploi dans les mois qui viennent pour tous ceux qui se retrouveraient sans emploi à l’issue d’une mission d’intérim ou d’un CDD». Sarkozy a également dit qu’il veillerait «personnellement à ce que les 60.000 contrats supplémentaires qui ont été récemment décidés pour 2008 soient bien au rendez-vous d’ici fin décembre». «L’emploi va être impacté par la crise», a-t-il expliqué, alors que le taux de chômage en France, l’un des plus forts en Europe, a déjà subi sa plus forte hausse depuis 15 ans au mois d’août. Le taux de chômage se situe à 7,2% de la population active. Ces nouvelles mesures sont «la 3e étape du plan d’action global que nous mettons en oeuvre» pour sortir de la crise financière, après un premier effort en faveur des banques et de l’investissement, a-t-il ajouté. Sarkozy a également annoncé une généralisation aux régions les plus touchées par la crise d’un dispositif de suivi personnalisé des chômeurs pendant un an. Il a fait valoir que payer 100% du salaire pendant 12 mois, fournir un accompagnement et assurer une formation, «c’est moins cher que d’avoir des gens au chômage définitivement». Après 2002, la droite avait tourné le dos aux contrats aidés, avant d’y revenir en 2004-2005 en réponse à une conjoncture dégradée. Un nouveau revirement s’est amorcé à l’été 2007. En juillet 2008, le gouvernement avait estimé que les contrats aidés devaient servir «d’airbag» à la crise. En 2006, 48% des personnes passées par un contrat initiative emploi (CIE, secteur marchand) ont eu accès à un emploi «durable» (CDI, CDD de plus de six mois) six mois après la fin du contrat aidé, contre 24% de celles issues d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE, non marchand). Le président français a aussi demandé aux parlementaires de se saisir au plus vite de la proposition de loi sur le travail dominical ou encore proposé de «simplifier» l’indemnisation des chômeurs.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc