×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

France: Nouvelle vague de politiciens issus de l'immigration

Par L'Economiste | Edition N°:968 Le 01/03/2001 | Partager

De notre correspondante à Paris, Hanane AKORRI. A l'heure où les élections reviennent sur la scène de l'actualité quotidienne, la danse du ventre pour séduire les jeunes issus de l'immigration reprend de plus belleAutour de deux thèmes centraux “10 ans de politiques de la ville, quel bilan?” et “citoyenneté et discrimination”, habitants, élus communaux, sociologues et membres d'associations se sont réunis récemment à Montreuil (région parisienne). Organisé par La maison de l'immigration et l'Association des Marocains de France soutenus par le Mouvement de l'immigration et des banlieues, le débat a permis de dresser un bilan peu glorieux de l'action politique.Alors que trente ans se sont écoulés après la résorption des bidonvilles, la situation des populations immigrées, elle, a peu ou prou évolué: ghettorisation dans les cités-dortoirs, chômage, exclusion, discrimination, pauvreté... Autant de maux sociaux qu'aucun véritable acte politique n'a pu résoudre. Le bilan est d'autant plus affligeant qu'en dépit des générations qui se sont succédé sur le sol français, les problèmes persistent, voire s'accentuent: “double peine”, inégalité des chances scolaires ou professionnelles, etc. Si tous s'accordent à dire que la politique de la ville est au centre de tous les enjeux liés à une pleine et entière “intégration” des populations immigrées, il a été également constaté durant cette journée que l'action politique des acteurs de la ville est largement remise en question. Et les exemples sont légion: rénovation des quartiers réalisée “arbitrairement”, difficulté de pratiquer sa religion, problèmes de violence, ou encore échecs scolaires. Toutefois, si les actions menées au sein des municipalités ne répondent pas ou mal aux problèmes des habitants, pour nombre d'intervenants cela semble dû à un manque de concertation avec les populations concernées. Lequel remet immédiatement sur le tapis la question de la citoyenneté comme celle du droit de vote des “étrangers”, mais également la nécessité d'une plus grande implication des jeunes Français issus de l'immigration. Aussi, à l'heure où le choix des urnes revient sur la scène de l'actualité quotidienne, la danse du ventre pour séduire les jeunes électeurs issus de l'immigration reprend de plus belle. Si chacun y va de ses arguments, les concernés eux ont tendance à exclure les discours des politiques. “Aujourd'hui, nous ne sommes plus dupes”, pouvait-on entendre durant la journée.Nombre de participants ont considéré, en effet, qu'il ne s'agissait que de variations sur le même thème qui n'avaient que “trop duré” sans pour autant répondre aux problèmes quotidiens. Ce rejet de la rhétorique comme de l'action politique est d'autant plus important qu'il redessine aujourd'hui le champ politique français. En effet, durant les dernières décennies, des actions citoyennes individuelles ou collectives des populations issues de l'immigration ont largement émergé. Madani, Saïdia, Mohammed et les autres sont autant de Français qui ont décidé de s'impliquer sur la scène politique. Tous issus de l'immigration, ils ont pris le pari de se présenter sur des listes de partis politiques ou dites alternatives (c'est-à-dire indépendantes), afin de faire respecter le droit des populations immigrées et issues de l'immigration. S'ils ont opté pour une implication concrète sur la scène politique française, leur choix, ont-ils expliqué, est lié aux “échecs des politiques de la ville” et résulte d'une volonté d'implication plus concrète car plus “consciente des problèmes quotidiens”.


Candidats aux présidentielles

Si ce nouveau visage de citoyens issus de l'immigration impliqués en politique rompt avec les idées reçues, il est d'autant plus intéressant qu'il s'étend sur de nombreuses villes de France, telles Mantes-la-Jolie, Sartrouville, Bondy mais aussi Strasbourg, Toulouse ou Lyon. Cette déferlante ne compte pas s'arrêter là et envisage de regrouper les listes autour d'un projet commun pour présenter une liste de candidats aux élections... présidentielles.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc