×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: Moment difficile pour Chirac

Par L'Economiste | Edition N°:1739 Le 02/04/2004 | Partager

. Les Français en colère après le remaniementJacques Chirac devait intervenir hier soir sur TF1 et France 2 pour justifier le choix du nouveau gouvernement. Celui-ci compte dix-huit ministres, treize ministres délégués et treize secrétaires d'Etat, avec quatorze nouvelles têtes, ce qui explique que Raffarin désire retrouver la confiance des Français, surtout après la mauvaise expérience des élections régionales. En effet, la protestation des Français est à son paroxysme, ils se sont sentis particulièrement lésés lorsque Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin ont été reconduits dans des postes ministériels. L'opposition encourage d'ailleurs les Français à descendre manifester leur mécontentement dans la rue.C'est donc dans ce climat de colère que Jacques Chirac entame la deuxième phase de son quinquennat. Evidemment, la composition de ce nouveau gouvernement n'est pas pour plaire aux opposants. Julien Dray, porte-parole du Parti socialiste, parle de gouvernement «usé avant l'heure» et insiste sur son caractère «provisoire». La question se pose alors de savoir si la politique qui a été condamnée les 21 et 28 mars, lors du scrutin des régionales, sera à nouveau appliquée…Ce qui est sûr, c'est que Jean-Pierre Raffarin a procédé essentiellement à l'augmentation des portefeuilles sociaux. Ces cinq nouveaux ministres «sociaux» dirigent les ministères du Travail et de la Cohésion sociale, celui de la Santé et de la Protection sociale, de la Famille et de l'Enfance, celui de la Parité et de l'Egalité professionnelle (c'est un ministère novice), et enfin le ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat. Faire social à tout prix, c'est l'objectif de ce gouvernement Raffarin III. Le Premier ministre a en effet déclaré que «l'exigence de la cohésion nationale, de la demande de justice sociale et de la priorité à l'emploi» s'imposait. L'idée de la création d'un grand ministère social a même été évoquée. Davantage de social, c'est également la préoccupation et l'attente des français-électeurs. Il est à noter que selon les sondages d'opinion, l'emploi et le chômage sont redevenus le principal tourment pour les deux tiers des Français. A ce propos, l'accent devrait être mis par le nouveau gouvernement sur l'emploi des jeunes en particulier. H. Es. (avec AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc