×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: Les perspectives pour l’emploi s’assombrissent

Par L'Economiste | Edition N°:3045 Le 12/06/2009 | Partager

. 2 fois plus d’emplois supprimés au 1er trimestre. Sécurité sociale: trou record de 20 milliards d’euros L’ÉCONOMIE française a détruit près de deux fois plus d’emplois salariés dans le privé au 1er trimestre 2009 que sur tout 2008, avec une perte nette de 187.800 postes (-1%), selon des chiffres publiés jeudi 11 juin par l’Insee. Le nombre de salariés du secteur dit «concurrentiel» (hors agriculture et emplois publics), qui avait baissé de 100.500 l’an dernier, est ainsi ramené à 17,82 millions fin mars, selon ces données définitives de l’Insee, pires qu’une estimation provisoire livrée mi-mai sur un autre périmètre. Comme depuis le début de la crise, les destructions d’emplois sont en grande partie imputables à l’intérim, puisque «la baisse exceptionnellement forte du quatrième trimestre 2008 se prolonge», souligne la direction des études du ministère de l’Emploi (Dares). Avec 80.800 postes en moins au premier trimestre 2009 (-15,6% sur un trimestre, -34,3% sur un an), la diminution des effectifs dans l’intérim est «d’une ampleur inédite pour le deuxième trimestre consécutif», note la Dares. Dans l’industrie, la chute des effectifs s’est encore accentuée au premier trimestre (-1,5%), comme dans les services (-1,2%), tandis que la construction a perdu des emplois à un rythme proche du trimestre précédent (-0,7%). La dégradation de l’emploi devrait persister «plusieurs trimestres», avec des destructions d’emplois salariés dans le privé en 2009.Le déficit de la Sécurité sociale pour 2009 n’en finit pas d’être réévalué à la hausse: un «trou» record de plus de 20 milliards d’euros est désormais envisagé, sous l’effet des destructions d’emplois liées à la crise qui tarissent ses recettes. En 2008, lors de la préparation du budget 2009, le gouvernement avait fixé un objectif à 8,6 milliards de déficit pour l’ensemble des quatre branches (maladie, vieillesse, accidents du travail, famille), basé sur des hypothèses économiques d’avant-crise. Puis, à mesure que s’assombrissaient les perspectives pour l’emploi, les prévisions se sont dégradées. Le budget de la Sécu, voté par le Parlement en décembre, avait déjà rectifié le tir, à 10,5 milliards. A la mi-mars, le ministre du Budget Eric Woerth voyait le déficit «aux alentours de 18 milliards d’euros». Il est donc évident depuis des mois que le record de 2004 (11,9 milliards de déficit) sera largement dépassé et l’objectif d’un équilibre du régime général d’ici 2012 compromis. J. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc