×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    France: Le visa biométrique testé au Mali

    Par L'Economiste | Edition N°:1987 Le 28/03/2005 | Partager

    . Fin 2006, le nouveau système sera généralisé au monde entier Amadou voit ses empreintes digitales s’afficher sur l’écran avant d’obtenir son visa biométrique pour la France, selon une procédure en cours d’essai à Bamako et qui va s’étendre ensuite au monde entier. La Biométrie des demandeurs de visas (BIODEV) “est très rapide et pratique”, assure William Bunel, consul général de France au Mali, où l’expérimentation va durer six mois. “Après les attentats du 11 septembre 2001 (aux Etats-Unis), les quinze Etats de l’espace européen de Schengen ont décidé de mettre en circulation le visa biométrique pour renforcer la sécurité et contrôler les entrées sur leurs territoires”, explique-t-il. Le Mali, en raison du nombre “significatif” de visas français délivrés (13.500 l’an passé) fait partie des pays pilotes pour la délivrance de visas biométriques. Fin 2006, ce nouveau système sera étendu aux voyageurs de tous les pays se rendant dans les quinze nations européennes de l’espace Schengen. “Cette période de test durera six mois”, explique Bernard Monnier, diplomate français dépêché à Bamako pour suivre l’expérience. Le procédé consiste à “coller sur la vignette traditionnelle du visa une mémoire dans laquelle figurent les empreintes digitales et la photo du titulaire du passeport”, précise-t-il. “C’est imparable pour lutter contre les vols de passeports, les usurpations de titre, parce que chaque personne a sa propre empreinte digitale et son iris de l’oeil. C’est une garantie pour l’identifier. Il n’est plus possible de faire une utilisation frauduleuse d’un passeport”, affirme le consul général de France. Jean-Patrick Mondoloni, fonctionnaire au consulat de France, souligne de son côté que “cela raccourcit la procédure de délivrance des visas. Les demandeurs ne seront plus obligés de venir au consulat trois ou quatre fois. Avec la biométrie, les déplacements devraient se réduire”. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc