×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: Le gouvernement Fillon peaufine un plan de rigueur

Par L'Economiste | Edition N°:3311 Le 02/07/2010 | Partager

. Programme de modernisation de l’Etat. Censé rapporter 10 milliards d’euros d’ici 2013. La dette publique revue à la hausseLE gouvernement a dévoilé mercredi dernier une nouvelle facette d’un plan de rigueur. Il s’agit d’un programme de modernisation de l’Etat censé rapporter 10 milliards d’euros d’ici 2013, grâce notamment à la suppression contestée de 100.000 postes de fonctionnaires. Bercy a noirci le tableau déjà sombre des finances publiques françaises, en annonçant que la dette serait supérieure aux attentes, passant de 83,7% du produit intérieur brut cette année (au lieu de 83,2%) à 87,5% en 2012. Du coup, pour respecter ses engagements de réduction du déficit auprès de Bruxelles, le gouvernement va accentuer le coup de rabot prévu sur les niches fiscales et sociales, ce qui revient à augmenter les impôts. Dès 2011, cet effort rapportera «au moins» 8,5 milliards. Quant au salaire des fonctionnaires, il sera gelé en 2011. Parallèlement, la deuxième phase de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), lancée dès 2007, a été présentée en conseil des ministres. Il s’agit de 150 mesures avec deux objectifs: simplifier le carcan administratif et rendre l’Etat moins dépensier. Les principales mesures, sur les fonctionnaires ou la rationalisation du patrimoine immobilier de l’Etat, étaient déjà connues. Mais petit à petit, après le gel des dépenses, la réforme des retraites et le coup de rabot aux niches fiscales, le gouvernement détaille le plan visant à réduire son déficit de 100 milliards d’euros d’ici 2013, dont 40 milliards dès l’an prochain. Alors que la première phase de la RGPP avait permis d’économiser 7 milliards d’euros, le ministère du Budget veut trouver dix milliards supplémentaires, grâce notamment à la poursuite d’une mesure phare du quinquennat, très contestée par les syndicats et la gauche : le non-remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux, soit 100.000 nouveaux postes supprimés entre 2011 et 2013. Objectif affiché: 3 milliards d’euros d’économies. Dans le collimateur de Bercy également, les dépenses de fonctionnement de l’Etat, rognées de 10%, soit une économie de deux milliards d’euros d’ici 2013, que ce soit par la centralisation des achats de l’administration (700 millions d’économies) ou encore la modernisation de son parc informatique (300 millions). Enfin, le gouvernement entend réduire de 10% les «dépenses d’intervention», qui comprennent plusieurs aides économiques et sociales, soit une économie de 5 milliards… Au final, le plan de rigueur ne devrait apparaître dans son ensemble que lors de la présentation, en septembre, du projet de budget pour l’an prochain. Par ailleurs, le président français Nicolas Sarkozy envisage un remaniement ministériel en octobre.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc