×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    France : Le gel des tarifs de l'assurance-auto contesté

    Par L'Economiste | Edition N°:1685 Le 16/01/2004 | Partager

    LE bras de fer continue entre les sociétés et mutuelles d'assurance et l'Etat français. Francis Mer, ministre de l'Economie et des Finances, a une nouvelle fois appelé les compagnies d'assurance à la modération sur leurs tarifs de primes automobiles. Mer a estimé que la modification du comportement des conducteurs «devrait être prise en compte par les assureurs dans l'établissement de leurs tarifs d'assurance automobile». En tout cas, une chose est sûre. la décision de plusieurs groupes de geler leurs tarifs le 1er janvier 2004 reste insuffisante. Ainsi, il est prévu la tenue d'une réunion de concertation le 30 janvier, à l'initiative du ministre qui va connaître la participation des assureurs, des associations de consommateurs et des administrations concernées. L'objectif étant de contenir l'impact des différents facteurs, telle la fréquence des accidents et des tués sur les routes, dans l'établissement des tarifs des primes automobiles.Les récentes défiances n'ont pas laissé les assureurs indifférents. Ils mettent l'accent sur la baisse en termes réels et la faible augmentation de leurs tarifs, qui ne prennent pas en compte l'inflation. En effet, 2003 a connu une baisse de la fréquence des tués (-20,9%), des accidents (-17,5%) et des blessés (-19,9%). Les assureurs insistent surtout sur l'augmentation des coûts des réparations ou des indemnités versées aux victimes. «Depuis quelques années, le coût moyen des accidents corporels augmente de 7% par an», a déclaré Jean-Claude Seys, président des mutuelles Maaf et MMA. Dans un communiqué commun, deux associations professionnelles d'assureurs en l'occurrence la FFSA et la GEMA, ont annoncé qu'elles seraient présentes aux discussions avec le ministère des Finances «dans un esprit d'ouverture». Synthèse L'Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc