×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    France: La privatisation du Crédit Lyonnais est enfin enclenchée

    Par L'Economiste | Edition N°:465 Le 17/03/1999 | Partager

    · Le cahier des charges sera publié dans deux semaines

    · La part de chacun des membres du groupe d'actionnaires partenaires se situe entre 1 et 10% du
    capital

    · La BNP et la SG, pourtant engagées dans leur bataille, manifestent leur intérêt pour l'opération


    At last but not at least. La privatisation du Crédit Lyonnais est enfin lancée. Le décret relatif à cette opération, "autorisant le transfert au secteur privé de la participation majoritaire détenue directement ou indirectement par l'Etat dans la banque", a été publié à Paris dimanche dernier. Le cahier des charges, lui, est en cours de finalisation. Après avoir été validé par la Commission de Bruxelles, il sera transféré à la Commission des Participations et des Transferts (CPT) pour avis conforme. Ce document, qui devrait être rendu public dans deux semaines, définira les modalités de constitution d'un groupe d'actionnaires partenaires (GAP) qui détiendra près de 33% du capital de la banque. A préciser que, pour faire partie du GAP, les candidats doivent répondre à quelques critères portant notamment sur le développement des accords industriels existants ou potentiels avec le Crédit Lyonnais.

    Ainsi les actionnaires du GAP devront "souscrire à des engagements de stabilité de leur participation".
    Le prix global de l'opération n'est pas encore communiqué. "Selon des observateurs, il se situerait entre 7,5 et 10 milliards d'Euros (79 à 106 milliards de DH)". Les membres du GAP paieront le même prix que celui offert aux investisseurs institutionnels dans le cadre de l'opération de marché, majoré d'une prime. A préciser que la participation de chacun des membres du GAP se situe entre 1 et 10% du capital de la banque.
    Le ticket d'entrée pour eux sera compris entre 75 millions d'Euros (798 millions de DH) pour 1% du capital et 1 milliard (10,6 milliards de DH) pour 10%.

    Un ticket d'entrée à 75 millions d'Euros


    Plusieurs groupes ont manifesté leur intérêt pour cette opération de privatisation, à savoir la BNP, la Société Générale et le Crédit Agricole. Rappelons que par ailleurs la BNP a lancé deux OPE sur la Société Générale et Paribas en plein rapprochement entre ces deux derniers.
    Côté plan social, le Crédit Lyonnais continue de réduire ses effectifs. Selon son
    président Jean Peyrelevade, l'entreprise continuera de réduire ses effectifs, mais "à un rythme plus faible que par le passé, c'est-à-dire à un rythme de 1.000 employés par an".
    A rappeler, par ailleurs, que la décision de la privatisation du Crédit Lyonnais remonte à 1995, quand le gouvernement français s'y était engagé en contrepartie de l'accord de la Commission Européenne "aux aides massives accordées par l'Etat français à la banque publique". En effet, cette dernière a connu depuis 1993 des pertes successives qui l'ont obligée à reculer des premiers rangs en se recentrant sur deux activités: la banque de détail en France et la banque de gros, à savoir les investissements et les marchés à l'étranger. D'ailleurs, le président de la banque met l'accent sur la nécessité de remédier à la timidité du niveau des fonds propres et le niveau "trop élevé" de la base des coûts.

    Rafik IKRAM (AFP)

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc