×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

France Expo 2004
Les régions françaises arrivent avec des projets ficelés

Par L'Economiste | Edition N°:1722 Le 10/03/2004 | Partager

. Des entreprises veulent investir au Maroc . D'autres cherchent des partenaires. Les bonnes affaires de France Expo 2004Un rendez-vous à ne pas rater. Les hommes d'affaires marocains ont intérêt à être nombreux au salon France Expo 2004 qui démarre aujourd'hui. La deuxième édition s'annonce en effet prometteuse. C'est en tout cas ce que laissent entendre les déclarations recueillies depuis la France auprès de chambres de commerce et d'industrie (CCI) et d'opérateurs. Leur programme pour cette deuxième semaine française au Maroc en dit long aussi. Plus près de nous, le président de la CFCIM (Chambre française de commerce et d'industrie du Maroc) qui est coorganisatrice de l'événement, Jean-Claude Bouveur, affiche un optimisme à toute épreuve. Et pour cause, le succès de la première édition qui a vu des partenariats se nouer ainsi que l'installation de nouveaux entrepreneurs français au Maroc, notamment dans la zone industrielle de Bouskoura. Succès d'autant plus retentissant que France Expo 2001 s'était tenu au lendemain des événements du 11 septembre. Pour le président de la CFCIM, c'est ce que l'on attend, sinon plus, de cette édition. «Des hommes d'affaires et industriels français arrivent en force pour exposer leur savoir-faire mais aussi pour trouver des pistes de travail avec des opérateurs marocains», indique-t-il. Le nombre de secteurs et d'entreprises représentés est d'ailleurs plus élevé qu'en 2001. «Pour cette édition, nous avons ratissé large afin d'augmenter les chances de rencontres entre PME/PMI et opérateurs qui répondent à leurs besoins», souligne Bouveur. Mêmes attentes du côté des régions qui arrivent aussi en masse: 17 font le déplacement cette année contre 13 en 2001. Pour nombre d'entre elles, France Expo 2004 sera l'occasion de «concrétiser des accords et d'officialiser des partenariats». C'est le cas par exemple de la région Aquitaine avec la quarantaine d'entreprises qui l'accompagne. «France Expo est pour nous une opportunité pour valoriser des actions déjà initiées et pour renforcer la présence de Bordeaux et de l'Aquitaine au Maroc», indique Philippe Garcia de la direction Communication de la CCI de Bordeaux. C'est donc un programme chargé qui est prévu pour cette semaine, dont notamment deux accords. Le premier, impliquant l'Aéroport de Bordeaux et Royal Air Maroc, vise à renforcer les liaisons aériennes Casablanca-Bordeaux. Ainsi, à compter du 28 mars, 7 vols directs par semaine (un par jour contre 4 vols hebdomadaires auparavant) seront assurés par RAM entre Bordeaux et Casablanca. A noter qu'en 2003, ce sont 36.902 passagers qui ont voyagé sur cette ligne régulière. . Cible préciseLe deuxième accord concerne Bordeaux Ecole de Management et l'Ecole supérieure de Casablanca. Selon Philippe Garcia, cet accord permettra à cette dernière de se positionner en tant que grande école marocaine. Pour rappel, en 1996, Bordeaux Ecole de Management et 4 autres écoles supérieures de commerce françaises ont été mandatées par la FNEG (Fondation nationale pour l'enseignement de la gestion des entreprises) pour favoriser la création et le développement d'écoles supérieures de gestion à Agadir, Settat (ENCG), Oujda et Tanger. Pour leur part, les 40 entreprises participantes exposeront leurs produits et savoir-faire sur un espace de 150 m2 baptisé Bordeaux-Aquitaine. Selon Philippe Garcia, quelques-unes d'entre elles comme Europlasma (traitement des déchets par fusion plasma), Eads-Sogerma ou encore Filmy (équipement professionnel) comptent finaliser de nouveaux contrats.Pour Rhône-Alpes, 2e région exportatrice française, ce sont 22 entreprises de différents secteurs qui exposeront. Elles arrivent avec des projets bien ficelés et une cible précise. C'est le cas par exemple d'Avantec, spécialisée dans la formulation de produits de traitement de surface et le conditionnement de gaz toxiques et corrosifs. «Nous comptons présenter notre savoir-faire à des spécialistes de l'aéronautique, l'électronique, la stérilisation médicale et le traitement des eaux potables, indique Christophe Morote, distribution Business Unit Manager. RAM est sa première cible. «Nous souhaitons établir des relations avec la compagnie pour les produits spécifiques de nettoyage de train d'atterrissage», précise Morote. Autres cibles d'Avantec: les hôpitaux pour la stérilisation à l'oxyde d'éthylène et les compagnies de traitement des eaux pour la désinfection. La Chambre de commerce et d'industrie de Paris/Seine-Saint-Denis, avec le soutien du Conseil général de la Seine-Saint-Denis et du Cedax (Comité Export de la Seine-Saint-Denis) accompagne, quant à elle,16 PME. Celles-ci exposent sur 117 m2. Selon Fahima Sadaoui, conseiller en Développement international à la CCI de Paris/Seine-Saint-Denis, ces entreprises recherchent souvent des partenaires marocains (représentants, agents, distributeurs…). Certaines d'entre elles souhaitent effectuer des investissements directs au Maroc comme c'est déjà le cas pour la société Ecodes (conseils en environnement à la gestion de déchets) qui a ouvert un bureau à Casablanca.. Intérêt certainPour sa part, la CCI de Strasbourg n'est accompagnée que de deux entreprises (Vega Technique et Stocko Contact). Plusieurs sociétés alsaciennes étant en fait représentées par le conseiller Maroc de la CCI de Strasbourg, indique le conseiller Maroc de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, Didier Schoenacker. Selon lui, il faut relativiser le faible nombre d'entreprises exposantes puisque «l'intérêt pour le Maroc reste fort». Intérêt que confirme, selon lui, l'ensemble des actions menées dans le Royaume depuis janvier 2003. La dernière en date étant la participation de la CCI de Strasbourg au salon interchimie avec 7 PMI alsaciennes en décembre à Casablanca. Sans oublier, le salon de la sous-traitance de Strasbourg, en septembre 2003, où 30 entreprises marocaines étaient venues à l'initiative de la CCI de Strasbourg et la CFCIM avec l'objectif de rencontrer des opérateurs allemands. Ainsi que l'appui fourni à 18 entreprises en liaison avec la CFCIM tout au long de l'année. Pour cette édition, la CCI de Strasbourg apporte un soutien direct aux entreprises exposantes en leur proposant des rencontres avec des sociétés marocaines ciblées. L'approche de ces entreprises est facilitée par le traitement minutieux de leurs demandes en liaison avec la CFCIM. A France Expo 2004, la CCI alsacienne a choisi d'axer son intervention sur la mise à niveau. «C'est un domaine où les entreprises alsaciennes sont en mesure d'apporter leur savoir-faire technique, leurs technologies et compétences aux entreprises marocaines», assure Schoenacker. Il est aussi question de faciliter l'ouverture vers l'Allemagne d'entreprises marocaines via l'Alsace.


500 invitations pour les PME marocaines

Attirer des opérateurs français et les inciter à s'installer au Maroc à travers des partenariats ou joint-ventures. C'est là l'objectif principal des PME marocaines. Pour la Fédération des PME/PMI qui est aussi membre de pilotage de France Expo, les arguments ne manquent pas pour convaincre. Selon Hammad Kassal, son président, en dépit de l'élargissement de l'Europe et l'entrée en scène de nouveaux concurrents, le Maroc jouit toujours d'atouts qu'il faut juste bien mettre en valeur. Il s'agit entre autres de la proximité, la qualité et le coût de la main-d'oeuvre, la durée de travail plus large qu'en France (35 heures)... Même son de cloche du côté de Jean-Claude Bouveur, président de la CFCIM et par ailleurs industriel opérant au Maroc depuis plus de trente ans. Pour lui, ces atouts revêtent toujours une grande valeur aux yeux des industriels français. D'autant plus, fait-il remarquer, que suite à l'élargissement de l'Europe, des pays réputés il y a quelques années être des concurrents du Maroc, comme le Portugal par exemple, ne le sont plus. A noter que la Fédération des PME/PMI et la FGPME (Fédération générale française des PME), pour renforcer les partenariats, doivent signer une convention avec les Français. Selon Hammad Kassal, le Maroc a été choisi avec la Russie et la Chine par cette fédération, qui compte 1,5 million adhérents.Pour France Expo 2004, la Fédération des PME/PMI veut inciter les entreprises marocaines à venir en masse rencontrer les industriels français et se frotter à eux pour profiter de leur expertise, indique Hammad Kassal et prendre connaissance des innovations des technologiques. Pour cela, 500 invitations leur sont réservées.Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc