×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

France Expo 2004
Exportations: Le Maroc perd des points

Par L'Economiste | Edition N°:1722 Le 10/03/2004 | Partager

. Il était 20e fournisseur de la France, il en devient 16e. Pourtant, les exportations progressent. Le solde commercial en faveur du Maroc en 2002Pas de surprise. La France continue d'être le premier partenaire économique du Maroc. En revanche, le Royaume n'en est que le 21e client et le 20e fournisseur. Sur la liste des clients de l'Hexagone, la Tunisie par exemple occupe le 17e rang et l'Algérie le 13e. Le Maroc aura perdu de sérieuses parts de marché face à ses concurrents. En 1999, il était encore le 18e client et le 16e fournisseur de la France.Après avoir fortement progressé dans les années 90 (+5,7% par an en moyenne selon la Mission économique de l'ambassade de France à Rabat), les échanges franco-marocains ont marqué un recul en 2002. Ils se sont établis à un peu plus de 55,8 milliards de DH contre environ 58,4 milliards en 2001, selon les statistiques de l'Office des Changes, soit un retrait de 4,4%. Celui-ci résulte de la baisse des principales importations, à savoir le blé, les tissus, les voitures de tourisme et les machines et appareils divers. Plusieurs facteurs expliquent ce recul, notamment le ralentissement de l'économie mondiale (et française) et l'appréciation de l'euro par rapport au dirham. En 2002, les produits français représentaient 20,5% de l'ensemble des importations marocaines, soit 26,8 milliards de DH. La même année, la France absorbait 33,7% de nos exportations, avec un peu plus de 29 milliards de DH. En 2002 donc, le solde commercial était en faveur du Maroc avec plus de 2,3 milliards de DH ou un taux de couverture de 108,7% (87% en 2001). Le pays a importé de France principalement des biens intermédiaires (soit 48% des exportations françaises), biens d'équipement (21%), biens de consommation (13%) et produits agroalimentaires (8%). En tête de ces importations, figurent notamment machines et appareils divers, tissus, blé, voitures de tourisme, médicaments et produits chimiques. En 2002 toujours, le Maroc a exporté vers l'Hexagone des biens de consommation (45% des importations françaises), des biens intermédiaires (29%) et des produits agroalimentaires (21%). Vêtements confectionnés, composants électroniques (transistors), articles de bonneterie, fils et câbles pour l'électricité, tomates fraîches et chaussures sont les principaux produits à l'export. Pour 2003, dont les derniers chiffres disponibles s'arrêtent à septembre, la balance commerciale penchait aussi du côté marocain avec environ 1,5 milliard de DH. Presque autant que pour la même période en 2002.


Un tiers des recettes voyages

Les recettes voyages ont nettement augmenté sur les cinq dernières années. Alors qu'elles s'établissaient à 4,2 milliards de DH en 1998 (24,8% du total), elles ont grimpé à 9,6 milliards en 2002 (33%). Sur les neuf premiers mois de 2003, les recettes voyages étaient de 6,5 milliards. Après un boom en l'an 2000 avec près de 18,4 milliards de DH, les recettes MRE sont tombées à 15 milliards en 2001 et 14,5 milliards l'année suivante. Malgré cette baisse, leur valeur reste au-dessus de celle enregistrée à la fin de la dernière décennie (autour de 10,3 milliards). En revanche, la part de la France dans l'ensemble de ces transferts a tendance à baisser: de 53,7% en 1998 ou 1999, elle est passée à 45,6% en 2002. A. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc