×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

France Expo 2004
Ce qui a changé depuis France Expo 2001

Par L'Economiste | Edition N°:1722 Le 10/03/2004 | Partager

. Centres régionaux d'investissementLes Centres régionaux d'investissement ont été créés à partir de 2002 à Casablanca, Fès, Rabat, Agadir, Marrakech, Meknès et Tanger. Et ce, suite aux instructions royales contenues dans la lettre adressée au Premier ministre le 9 janvier 2002, relative à la gestion déconcentrée de l'investissement. Leur objectif, promouvoir la création d'entreprises. Toutes les administrations impliquées dans le processus de création d'entreprises y sont représentées . Cette concentration vise à faciliter aux créateurs d'entreprise les formalités administratives et à réduire le délai de traitement à une semaine au maximum. Le promoteur ne remplit ainsi qu'un formulaire unique qu'il dépose au CRI. Les centres doivent assister les porteurs de nouveaux projets, leur fournir renseignements, informations et appuis. Les CRI ont également pour rôle de veiller au maintien et au développement des investissements existants, améliorer l'attractivité des régions et promouvoir les opportunités d'investissements. L'expérience est louable mais le système n'est pas encore bien rodé. . Code du travailLe code du travail a été promulgué le 8 décembre 2003. Il entrera en application à partir de juin prochain. Ce texte vise à réglementer et assainir les relations de travail. Composé de sept livres, le code reste attaché aux principes de liberté syndicale et liberté de travail. Il introduit de grandes innovations. Il s'agit notamment de la création du comité d'entreprise dans les établissements de 50 personnes et plus, de la reconnaissance de la représentation syndicale et de l'institutionnalisation de la négociation collective. Pour éviter les abus, le code verrouille certaines procédures. Le recours au contrat à durée déterminée (CDD) n'est autorisé que sous certaines conditions. Il est fixé à une année renouvelable une seule fois. Le code a aussi réglementé la procédure relative aux conflits collectifs. Une panoplie de mesures sont prévues pour résoudre ces conflits par la concertation avant le recours judiciaire, l'objectif étant de limiter au maximum les fermetures d'usines, dont le nombre a augmenté ces dernières années. Enfin, le code a légalisé les agences d'emploi temporaire et leur a consacré tout un livre. . Contrats-programmes sectorielsPour mettre à niveau l'économie, promouvoir l'investissement et l'emploi, des fédérations et associations professionnelles ont établi une série de contrats programmes dans divers secteurs (tourisme, textile, pêche, nouvelles technologies, BTP, transport…). Certains ont reçu l'aval du gouvernement, d'autres pas encore. Dans le secteur touristique, le contrat-programme vise à atteindre 10 millions de touristes d'ici 2010, avec une croissance de 15% l'an. Il ambitionne aussi de porter la capacité d'hébergement à 230.000 lits, (soit deux fois et demie le parc actuel) et de créer 600.000 emplois directs et autant d'emplois indirects. Le contrat-programme élaboré par les professionnels des BTP a pour principal objectif la lutte contre les constructeurs clandestins. Les professionnels du textile espèrent pour leur part une mise à niveau du secteur, une simplification des procédures douanières et la réduction des droits de douane sur les intrants et les pièces de rechange importés. Ils souhaitent également promouvoir les partenariats industriels, renforcer la formation du personnel et réduire les coûts de production. Les textiliens revendiquent aussi une réduction du coût de l'énergie, la parité du dirham, la baisse des taux d'intérêt et des tarifs des transports. Ils veulent aussi la réalisation de 500 hectares de zones industrielles.Le contrat-programme du transport vise quatre objectifs: mettre à niveau les entreprises de transport de marchandises, encadrer les PME, développer la formation professionnelle et améliorer la sécurité routière et la protection de l'environnement. Pour ce qui est de la pêche, les professionnels voudraient une mobilisation pour accroître les investissements et développer les exportations. Les patrons préconisent un “plan d'aménagement” de toute la filière et demandent la mise en oeuvre de programmes spécifiques de qualité pour le suivi de la ressource halieutique par espèce et par région. Le plan prévoit aussi l'orientation de la flotte marocaine vers certaines espèces peu exploitées. Dans les NTI, ce sont les ressources humaines qui sont mises en avant. Il s'agit d'augmenter le nombre de candidats à former, mais aussi de mettre à jour les technologies enseignées. L'objectif est de former chaque année 10.000 personnes contre 2.600 actuellement.N. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc