×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    France: Euro Disney ouvrira le deuxième parc dans deux ans

    Par L'Economiste | Edition N°:608 Le 04/10/1999 | Partager

    Euro Disney a confirmé avant hier mercredi 29 septembre l'ouverture au printemps 2002 d'un deuxième parc à Marne-la-Vallée consacré au cinéma, aux dessins animés et à la télévision, visant à séduire une nouvelle clientèle d'adolescents et adultes sans enfants. Baptisé provisoirement Les Studios Disney, ce parc permettra aux visiteurs "de découvrir et mieux comprendre les coulisses du septième art et du monde de l'audiovisuel", a souligné Gilles Pélisson, PDG du groupe, au cours d'une conférence de presse à Paris.
    D'une surface de 25 hectares à l'ouverture, il jouxtera le parc actuel, le Royaume Enchanté et le Disneyland Hotel.
    A la fois parc à thèmes et studios de production, Les Studios Disney auront "un aspect ludique et pédagogique". Animations et sensations seront garanties: outre un spectacle de cascades de voitures mis au point par Rémy Julienne, les visiteurs découvriront les coulisses des dessins animés et passeront par le Canyon Catastrophe et le Rock'n Roller, nouvelle attraction spectaculaire.
    Les Studios Disney escomptent près de 4,2 millions de visiteurs dès 2003, a assuré M. Pélisson. Ainsi, Disneyland Paris sera plus que jamais la première destination touristique en Europe, estime-t-il. En 1998, Disneyland Paris a reçu 12,5 millions de visiteurs, dont 38% de Français.
    L'investissement total du nouveau parc estimé à 4 milliards de FF (1FF=1,60DH) sera financé par une augmentation de capital de 1,5 milliard de FF pour laquelle la maison mère Walt Disney s'est déjà engagée à souscrire 39% (environ 600 millions de FF), soit sa part actuelle dans le capital de la société. Une assemblée générale extraordinaire est prévue le 2 novembre pour présenter aux actionnaires le principe et les modalités de cette opération et pour approbation. Le groupe va contracter un prêt à long terme auprès de l'un de ses banquiers historiques, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) de 2,5 milliards de FF. Il a négocié avec elle un réaménagement des prêts existants pour 3,5 milliards de FF dont les taux vont passer de 7,85 à 5,15%. "Ce schéma financier a été approuvé par le pool des 40 banques qui nous accompagnent depuis plusieurs années", a dit M. Pélisson.

    L'implantation du parc va avoir des répercussions importantes sur l'économie régionale, avec "la création de près de 5.000 emplois directs et induits, ainsi que 400 millions de FF de retombées fiscales supplémentaires". Combiné au lancement du pôle urbain du Val d'Europe en 1997, deuxième phase d'aménagement du site de Disneyland Paris, qui devrait aboutir à la création d'une ville nouvelle à proximité du parc, Les Studios Disney vont "participer au rééquilibrage du développement économique de l'Ile-de-France", a ajouté M. Pélisson.
    Ces deux chantiers représentent un investissement total de 8 milliards de FF et la création de 9.000 emplois à moyen terme. Les pouvoirs publics participeront aux programmes de formation professionnelle, parmi lesquelles la formation "d'hôte d'accueil touristique" initiée par Disneyland Paris.
    Pour le Royaume Enchanté, M. Pélisson a annoncé la réouverture au printemps 2000 de l'attraction Indiana Jones et le Temple du Péril, actuellement fermé pour travaux, et le nouveau spectacle de Tarzan, inspiré du film de Disney.

    (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc