×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: Comptes courants déficitaires en novembre

Par L'Economiste | Edition N°:2692 Le 15/01/2008 | Partager

. Le déficit est estimé à 3,6 milliards LE déficit des comptes courants de la France s’est encore accentué en novembre à 3,6 milliards d’euros contre 2,9 milliards en octobre, en données corrigées des variations saisonnières, a annoncé le 14 janvier la Banque de France. En septembre, le déficit s’établissait à 2,3 milliards d’euros, rappelle la Banque de France (BdF). «Cette évolution est imputable aux échanges de biens alors que les autres soldes sont stables», note la BdF. Les échanges de biens sont en déficit de 4,8 milliards d’euros en novembre, contre 3,9 en octobre. Le solde des services reste légèrement excédentaire, à 0,6 milliard, inchangé par rapport à octobre. Celui des revenus est en excédent de 2,4 milliards, contre 2,3 milliards le mois précédent. Le solde des transferts courants est inchangé en novembre par rapport à octobre, en déficit de 1,8 milliard. Le compte financier est pour sa part en excédent de 9,1 milliards d’euros, contre un déficit de 31,9 milliards au mois d’octobre. «Les investissements directs et de portefeuille font apparaître de larges sorties de capitaux (respectivement 6,6 et 26,2 milliards), dues à une reprise des opérations des résidents à l’étranger. Ces flux sont compensés par une vive hausse des engagements sous forme de prêts et dépôts nets des non-résidents (42,2 milliards, dont 27,7 milliards pour les institutions financières monétaires)», explique la Banque de France. La BdF note également que les investissements français à l’étranger sont «en forte hausse» par rapport aux mois précédents, à 19,2 milliards, en particulier «sous l’effet d’une poussée des opérations en capital qui s’élèvent à 12,2 milliards». Les investissements étrangers en France sont également en forte reprise par rapport à octobre, à 12,6 milliards contre 8 milliards, «principalement du fait de prêts intra-groupes». Sur les 12 derniers mois, les investissements directs étrangers en France et français à l’étranger sont respectivement en hausse de 74% et 54% par rapport à l’année 2006, le solde net s’établissant à -60,4 milliards, contre -27,1 milliards en 2006, précise la Banque de France. En ce qui concerne les investissements de portefeuille, le cumul sur les 12 derniers mois du solde revient près de l’équilibre, à -7,1 milliards, alors qu’il approchait -60 milliards en 2006. Les «autres investissements» se soldent par des entrées nettes de 42,2 milliards en novembre, ajoute la BdF.Synthèse l’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc