×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    France: Baisse du budget de la Défense

    Par L'Economiste | Edition N°:3312 Le 05/07/2010 | Partager

    . Le solde négatif de 1,5 milliard d’euros contre 5 milliards. Compensé par 2 milliards d’euros de «recettes exceptionnelles»LA contribution du ministère de la Défense à la réduction des déficits publics s’élèvera à 3,5 milliards d’euros sur 3 ans, de 2011 à 2013, soit un peu moins de 4% de son budget (hors pensions), selon une source proche du dossier.Ces coupes budgétaires devraient toutefois être partiellement compensées par quelque 2 milliards d’euros de «recettes exceptionnelles» -vente d’actifs immobiliers et de fréquences-, précise-t-on de même source, même si l’on reconnaît que des «aléas» peuvent encore affecter ces ventes déjà reportées dans le passé.Le solde négatif s’élèverait ainsi in fine à 1,5 milliard d’euros contre 5 milliards si la Défense s’était vue appliquer à la lettre le gel des dépenses de l’Etat décrété par Matignon, un régime présenté comme «dérogatoire».Dès la fin mai, le ministre de la Défense Hervé Morin avait prévenu que les armées devraient participer à la lutte contre les déficits publics. «La lutte contre les déficits et le maintien de l’outil de défense, c’est le même combat», avait-il affirmé.La réduction du budget de la Défense, assure-t-on encore de source proche du dossier, sera «sans effet» sur les effectifs, déjà amputés de 54.000 postes sur la période 2009-2014, ni sur les calendriers de production et de livraison, ni sur le volume de commandes des «grands contrats».Il s’agit de l’avion de combat Rafale, des frégates européennes multimissions (FREMM), du nouveau véhicule blindé de combat de l’armée de terre (VBCI), des sous-marins nucléaires d’attaque Barracuda ou de l’équipement des «fantassins du futur» (Felin).En revanche, «les paiements d’accomptes» liés à ces programmes seront «rééchelonnés», partant du principe que leurs constructeurs ont vu leur trésorerie abondée en 2009 par le plan de relance de l’économie.D’autres programmes qui n’ont pas encore fait l’objet de contrats en bonne et due forme seront reportés. On évoque la rénovation de Mirage 2000D et certaines composantes de Scorpion, un programme de modernisation de l’armée de terre.L’Airbus de transport militaire A400M ainsi que la construction du «Pentagone à la française», dans le quartier de Balard (sud de Paris), ne seront en revanche pas affectés, assure-t-on.La troisième source d’économies sera recherchée dans les dépenses de fonctionnement du ministère avec un objectif de réduction de 10% sur trois ans.La Défense, relève-t-on cependant, est soumise aux aléas des cours du pétrole et à la délicate renégociation avec la SNCF de la compensation des avantages tarifaires accordés aux militaires.M. Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc