×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    France: Attali rend son rapport pour «libérer la croissance»

    Par L'Economiste | Edition N°:2698 Le 23/01/2008 | Partager

    . Objectif: réduction des dépenses publiques. Parmi les mesures préconisées: la relance de l’immigration La commission présidée par Jacques Attali doit rendre aujourd’hui au président Nicolas Sarkozy son rapport sur «la libération de la croissance» française. En partie révélé, il compte plus de 300 propositions, certaines déjà polémiques, qui visent à «changer la France».Moins de 5 mois après l’installation de la commission, c’est un pavé de plus de 200 pages que va remettre l’ancien «sherpa» de François Mitterrand.Révélé par la presse vendredi dernier dans une version provisoire, ce rapport fixe comme objectif la réduction des dépenses publiques, dont la part dans le PIB devrait baisser d’environ un point par an, afin de remettre la France dans la «moyenne européenne en 2012».Il entend surtout donner au pays 1 point de croissance supplémentaire d’ici à fin 2012, ce qui se traduirait par un taux de chômage abaissé à 5%, la création de 150.000 emplois, de 90.000 nouveaux logements sociaux ou encore une dette publique ramenée à 55% du PIB.Titré «300 propositions pour changer la France», le rapport provisoire en compte en fait 314, déclinées autour de «8 ambitions» et 20 mesures jugées «fondamentales».Présenté comme «non partisan», son inspiration est clairement libérale. Il s’agit par exemple de permettre à chacun de «travailler tôt et aussi longtemps qu’il le souhaite» ou d’ouvrir les professions réglementées (pharmaciens, taxis, vétérinaires, coiffeurs, notaires, etc.) à la concurrence.«Mais les propositions visent aussi à accompagner ceux qui souffrent le plus», nuance Philippe Aghion, économiste, professeur à Harvard et l’un des 43 membres de la commission.Le rapport propose ainsi de considérer la formation de tous les chômeurs comme une activité nécessitant rémunération, de former en priorité ceux qui ont une qualification initiale faible, d’accroître l’offre et la qualité du logement social ou encore de développer l’accès à la propriété des plus modestes. Hétéroclites, parfois iconoclastes, les propositions balayent un très grand nombre de thèmes, avec une large place faite à l’enseignement, au développement durable, à l’innovation, au marché du travail ou encore aux mesures en faveur des PME. Certaines ont déjà suscité la polémique, comme l’idée de faciliter l’immigration pour faire face aux pénuries de main-d’oeuvre dans certains secteurs. La perspective de supprimer les départements dans les dix ans à venir, l’une des mesures phares du rapport, a aussi fait bondir nombre d’élus locaux, de droite comme de gauche.Permettre aux parents de choisir le lieu de scolarisation de leurs enfants, imposer l’achat par les administrations publiques de véhicules hybrides, faire évaluer tout agent d’un service public par ses supérieurs et les usagers: originales, certaines mesures pourraient s’avérer difficilement applicables.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc