×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: 6.600 entreprises suivies par la DST

Par L'Economiste | Edition N°:2635 Le 22/10/2007 | Partager

. Objectif: protéger l’intelligence économique avec les RG«6.600 entreprises vont être suivies» en France par la future Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), devant regrouper à terme DST (Contre espionnage) et RG (Renseignements généraux), a indiqué le 19 octobre le directeur de la DST Bernard Squarcini dans un entretien à La Tribune.fr. La «patron» de la Direction de la surveillance du territoire (DST) explique que cette réforme du renseignement, actuellement en chantier, va permettre de rapprocher le travail, dans le domaine de l’intelligence économique, des RG et de la DST. «6.600 entreprises vont être suivies par le nouveau service de renseignements du ministère de l’Intérieur», déclare Squarcini, précisant que «ce sont les plus en pointe au plan technologique dans les secteurs dits régaliens, de la défense ou de l’énergie» qui le seront. «Le rapprochement (RG/DST) permettra ainsi de limiter les doublons», ajoute-t-il. Interrogé sur le point précis des entreprises confiant «leurs secrets à leurs avocats d’affaire» ou «leurs communicants», le «patron» de la DST indique que «cela ne nous empêche pas d’exercer une veille vigilante et de (leur) diffuser des conseils de prudence». Concernant celles qui font appel à des sociétés de renseignements privées (SRP) lors d’une opération de rachat ou de vente par exemple, Squarcini se veut ferme. «Une de nos missions consiste à (les) surveiller», dit-il, «nous voulons éviter tout dérapage». Sur le nucléaire et l’Iran enfin, il précise qu’il «est indispensable de maintenir une veille sur le monde de l’entreprise afin d’éviter à notre pays les accusations de rupture d’embargo, même inintentionnelle». «Cette veille s’appuie sur une sensibilisation et un contrôle des entreprises», ajoute-t-il à cet égard. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc