×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Forum "Jeunes créateurs d'entreprises": : Le CNJA confie le PIACE aux Chambres Professionnelles et à la CGEM

    Par L'Economiste | Edition N°:39 Le 23/07/1992 | Partager

    Le Conseil National de la Jeunesse et de l'Avenir (CNJA) a organisé les 16 et 17 Juillet, en collaboration avec l'ensemble de ses partenaires le "Forum Jeunes Créateurs d'Entreprises". Le Forum a permis d'effectuer une évaluation du Programme d'Information et d'Assistance à la Création d'Entreprises (PIACE) qui devrait être confié prochainement aux Chambres Professionelles. Lors du Forum, la CGEM a également signé une convention de parrainage, similaire à celle passée avec la CCI.

    Près de 1.500 jeunes promoteurs se sont déplacés des quatre coins du pays à leurs propres frais afin de participer à ce Forum. En effet, la participation de ces jeunes a été active. Ils ont, pendant les deux jours, exprimé très ouvertement leurs préoccupations. Ils ont été, également, avides d'informations, conscients de l'effort personnel à fournir. Ils se déplaçaient souvent au stand du CNJA ou vers d'autres stands pour récolter l'information.
    Devant les besoins exprimés par les jeunes candidats à l'entreprise, la conception du CNJA a changé.
    Au début, le Conseil a été plutôt perçu comme un bureau d'embauche. L'attitude d'écoute et d'attention envers les problèmes des jeunes, que manifeste le Pr El Malki a pu aussi entretenir la confusion.

    Aujourd'hui, le Conseil est ressenti d'une manière plus conforme à ses objectifs: un organe dont le rôle est de penser les problèmes de l'emploi des jeunes.

    L'action de communication entreprise par le CNJA y a contribué.

    La population de jeunes concernée par le Programme est très diversifiée.

    On y trouve, par exemple, des jeunes qui ont déjà fait fonctionné leur entreprise et qui viennent régulièrement au Forum du CNJA pour plusieurs raisons: avoir des informations, connaître des gens, essayer, encore une fois, de décrocher le fameux Crédit Jeunes Promoteurs;
    On trouve, à l'autre extrême, des jeunes, quasi désespérés, qui entendent remettre tous leurs problèmes à qui veut bien les écouter.

    Pendant toute la durée du Forum, des séances plénières et des tables rondes ont été organisées.

    Les séances plénières ont porté sur le "bilan et perspective du PIACE", "les témoignages et expériences des jeunes créateurs d'entreprises", et "la création d'entreprises et la promotion de l'emploi".

    "La gestion des entreprises", "l'entreprenariat au Maroc", "les pépinières d'entreprises" et "innovation technologique et création d'entreprise" ont été les sujets des différentes tables rondes.

    Dans la salle des expositions, les banques, les associations professionnelles, les associations de soutien aux jeunes promoteurs, certaines entreprises manisfestant leur volonté de parrainage et certaines jeunes créations présentaient leur expérience.

    D'autres stands ont été occupés par des entreprises venant exposer aux jeunes promoteurs leurs produits.

    Tel est le cas d'une société de mobilier de bureau "La Boiseraie". Mais le représentant de cette société n'a pas été satisfait de l'impact du stand sur les jeunnes promoteurs. Peut-être que les jeunes promoteurs ne se soucient pas encore de leurs meubles.

    Le Forum a été également l'occasion pour la signature de la convention de parrainage avec la Confédération Générale Economique Marocaine.

    Ce parrainage sera réalisé en collaboration avec la Chambre de Commerce et d'Industrie de Casablanca. Le parrainage prendra forme d'aides à la formation, d'offres de stages de formation,... Les entreprises intéressées doivent se manifester soit auprès des services de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Casablanca, soit auprès de la Confédération.

    Des fiches de demandes de parrainage et d'offres de soutien sont préparées. Un rapprochement de ces fiches sera réalisé par ËËË ËËËla CGEM et par la CCI.

    Déjà, Berliet Maroc a préparé ce type de fiche, qui a été remise aux jeunes promoteurs afin d'évaluer leurs besoins concrets de parrainage. Par ailleurs, M. Amraoui, Président de la Commission Economique et Financière de la CGEM et Directeur Général de Berliet Maroc, a noté qu'"il était dans l'intérêt des grandes entreprises qu'un tissu industriel de petites et moyennes entreprises se développe".
    Remarquons que pendant le Forum, l'accent a été mis sur l'importance des PME dans le développement économique d'un pays, que celui-ci soit un pays développé ou sous-développé.

    La CGEM aura donc pour mission d'informer de la nécessité de généraliser le système de parrainage auprès des entreprises. Elle sera chargée, également, d'organiser périodi-quement des opérations de sensibilisation des entreprises aux actions de parrainage.

    Enfin, elle devra animer des séances d'information au niveau des Fédérations et des entreprises afin d'apporter l'assistance et l'aide nécessaire à la création d'entreprises par les jeunes promoteurs. Par ailleurs, le Conseil et la CGEM conviennent de coopérer et de s'entraider mutuellement afin d'atteindre les objectifs escomptés. Des contacts réguliers et l'échange périodique d'informations relatives au système de parrainage seront établis.
    L'objectif du Forum a été principalement d'évaluer le programme du PIACE et de le dynamiser.
    Pour les responsables du CNJA, "le PIACE est un programme dynamique qui vise à partir et au-delà de cette expérience, la diffusion d'une nouvelle culture d'entreprise et l'élaboration d'une politique d'auto-insertion". Le Forum a été, également, un espace de rencontre et de communication avec les jeunes et entre les jeunes. A ce titre, l'Office de Développement Industriel (ODI) a confectionné un logiciel de recherche de partenaires entre les jeunes promoteurs. Près de 700 jeunes promoteurs se sont adressés au stand de l'ODI pour la recherche de partenaires. Face à ce "flux", l'ODI pense créer une cellule au sein de l'Office pour l'accueil des jeunes promoteurs.
    Le Forum a été, aussi, organisé afin de relancer l'idée d'installer des structures permanentes d'information et d'assistance à la création d'entreprises.
    Le CNJA a, en effet, toujours eu pour vocation de lancer les projets et de donner aux instances concernées la responsabilité de les suivre, souligne-t-on. Ainsi, un programme de mise en place de structures locales permanentes d'information et d'assistance à la création d'entreprises devrait voir le jour, formalisé par une convention de coopération avec les Chambres professionnelles.
    Le 3 Mars dernier, le CNJA avait déjà procédé à la signature de la convention de coopération avec la Fédération des Chambres d'Agriculture(1). La Fédération des Chambres de Commerce et d'Industrie n'a pas encore signé la convention. Les Chambres évoquent généralement leurs moyens financiers limités pour expliquer leurs hésitations. Cependant, des responsables du CNJA déclarent "que le rôle des Chambres Professionelles est le soutien aux jeunes promoteurs. Cette convention permettra, aussi, de dynamiser l'activité des Chambres".

    Les partenaires du CNJA

    - La Confédération Générale Economique Marocaine (CGEM) : elle est composée de quatre Fédérations, la Fédération de l'industrie, la Fédération du Commerce et Service, la Fédération des Mines et celle des Travaux Publics.
    - L'Office pour le Développement Industriel (ODI) : parmi ses activités, l'ODI est chargés d'élaborer des études de faisabilité ou de recherche de marchés pour le compte de promoteurs privés de PME. Il est, également, responsable d'assurer une assistance technique personnalisée aux investisseurs durant les différentes étapes de réalisation de leurs projets. L'ODI a, lors du Forum, distribué des guides du Crédit Jeunes Promoteurs.
    - L'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) : En matière d'assistance à la création d'entreprises, cette structure a développé une méthodologie pragmatique pour mieux encadrer les lauréats porteurs d'initiative. La méthodologie initiée par l'OFPPT s'articule autour de l'enseignement de modules de sensibilisation à la gestion des entreprises aux stagiaires des Etablissements de Formation. Ces modules développent des chapitres sur la relation Banque/Entreprise, la procédure de création d'entreprises, des études de cas de création d'entreprises. L'OFPPT réalise, également, l'accompagnement et le suivi personnalisé des lauréats porteurs de projets pendant les différentes phases d'élaboration de leur dossier.
    - Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) : Le système bancaire a contribué dans le cadre de l'opération du recrutement des jeunes diplômés. L'effort d'embauche des banques a été de 1.500 jeunes recensés par le CNJA et 500 personnes non-recensées, alors que les besoins réels de la profession pour la même période ne dépassaient guère 771 recrutements.
    Le GPBM a été présent au sein de différents compartiments des structures mises en place pour faciliter l'insertion des jeunes au niveau de la Commission Nationale et des commissions provinciales. Le GPBM a également participé aux travaux de la prospection des offres d'emploi.
    Concernant le PIACE, le GPBM a mobilisé des experts au niveau de l'assistance à la création d'entreprises.
    - L'Office du Développement de la Coopération (ODECO) : L'ODECO a élaboré en collaboration avec les administrations intéressées un projet intégré pour la promotion de la création de coopératives entre les lauréats des établissements de la formation professionnelle. Plusieurs actions ont été alors entreprises dont :
    - la réalisation d'une campagne de vulgarisation de la formule coopérative dans les Instituts de Technologie Appliquées;
    - la réalisation et la diffusion du guide "Comment créer une coopérative entre les lauréats de la formation professionnelle";
    - la formation des responsables des cellules "Promotion de l'emploi" mises en place par l'OFPPT au niveau des ITA en vue d'enseigner la coopération.

    Laïla TRIKI

    (1) Cf L'Economiste du 27 Février

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc