×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Forum des investissements
Les TIC sous-financées par les pays arabes

Par L'Economiste | Edition N°:2226 Le 03/03/2006 | Partager

. Alors que d’autres pays y consacrent de gros montants. Conventions conclues entre le Maroc, l’Italie et le PnudCela a été dit et redit. Les TIC devraient jouer un rôle primordial pour réduire l’écart entre pays riches et pays pauvres. Réduire donc la fracture numérique et permettre un accès équitable à la société d’information. C’est ce que revendiquent les pays en développement. Et ces ambitieux objectifs ont besoin de fonds. Ce fut d’ailleurs le grand débat aux Sommets de l’information de Genève et ensuite de Tunis l’année dernière. Le symposium de Marrakech, qui achève ses travaux aujourd’hui 3 mars, est venu en poursuite des recommandations du sommet de Tunis. Objectif: drainer des investissements vers les TIC dans les pays en développement en faisant rencontrer les porteurs de projets et des grands bailleurs de fonds.Ces derniers iront là où les procédures seront transparentes. C’est le message de tous les responsables des banques internationales et des grosses multinationales à Marrakech. Autre recommandation, un plus grand intérêt pour la recherche dans les TIC. «Il existe un déficit notoire dans le domaine de la recherche. Les pays arabes aussi riches sont à la traîne», dénonce Talat Ben Dhafar, directeur général d’Aidmo. Ce dernier compare, par exemple, la part du PIB consacrée à la recherche dans les technologies de l’information en Suède, qui est 80% du PIB alors qu’au Koweït ce sont à peine 0,32% qui y sont dédiés».  Les pays arabes consacrent 15 milliards de dollars comme investissement dans les technologies de l’information, alors que certains pays triplent facilement le montant. Pourtant, les dépenses relatives à l’acquisition de ces technologies, au développement des solutions et de contenu, au déploiement des infrastructures, ainsi qu’à la généralisation de l’accès et la formation, génèrent des retombées plus au moins immédiates, ajoute Rachid Talbi Alami, ministre marocain des Affaires économiques, chargé des TIC. Charité bien ordonnée commence par soi-même: le Maroc a conclu deux conventions avec l’Italie et le Pnud pour renforcer la coopération dans les TIC.Pour sa part, la Banque islamique de développement a mis en place une ligne de crédit spéciale pour les investissements dans les TIC, en plus de son programme qui concerne ses 55 pays membres pour installer des incubateurs et des technopoles en coopération avec d’autres fonds de développement régionaux et internationaux.Lors du symposium de Marrakech, l’occasion a été saisie pour présenter les toutes nouvelles tendances technologiques proposées par de nombreux équipementiers et fournisseurs de contenu.


Solutions concrète

Organisé par le ministère des Affaires économiques avec quelque 600 participants annoncés à Marrakech, le Forum international des stratégies et d’investissement s’est donné pour objectif d’apporter des solutions concrètes dans le financement des projets TIC dans les pays en voie de développement. «Il s’agit aussi d’identifier les meilleures stratégies industrielles des TIC, les projets ficelés et prêts à être financés et lancés sur le marché dans divers secteurs d’application des TIC comme la santé, l’agriculture, les finances ou le commerce», indique-t-on.B. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc