×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Forth Worth, là où la légende Far West a commencé
DNES aux Etats-Unis, Nadia LAMLILI

Par L'Economiste | Edition N°:2039 Le 09/06/2005 | Partager

. Ville du bétail, des cow-boys et… des hors-la-loi . Butch Kassidy est passé par là. Retour au XIXe siècle3, 2, 1… C’est parti! Le cavalier arrive au galop dans l’arène. Il fait un cercle avec son lasso et lance sur un veau déchaîné. Il saute de son cheval, se jette sur la bête et lui attache les pattes. Et voilà le travail!Cette scène de rodéo n’est pas tirée d’un film western. Et le cavalier n’est pas John Wayne ou Gary Cooper. Mais un simple habitant de Forth Worth, capitale texane des cow-boys. Toutes les semaines, la ville organise des spectacles dans une grande arène couverte en plein milieu du Stockyards, quartier western gardé dans son style original du XIXe siècle.Le rodéo est un sport national à Forth Worth. Les éleveurs de bétail du Texas se retrouvent dans cette ville pour revivre l’émotion de leurs ancêtres quand ils pourchassaient les vaches ou les bœufs errants. La seule manière d’arrêter rapidement un troupeau emballé est de le faire tourner en rond. En espagnol, rodear veut dire tourner, d’où le mot rodéo!Rapidité, témérité, acrobaties… le spectacle fait monter l’adrénaline. Tous les vendredis et samedis soirs, des démonstrations sont organisées dans l’arène. Le public s’habille en cow-boy. Chapeau, jeans délavés, bottes à talons hauts, chemise à carreaux… on “se déguise” pour l’occasion afin de revivre cette vieille histoire d’amour entre l’homme et les animaux.Des filles de 17 ans font des acrobaties sur le cheval. Elles sont très applaudies. En revanche, nos cow-girls étaient moins performantes que les hommes dans la capture des veaux. Aucune n’a réussi en effet à lancer le lasso autour du cou du bouvillon (cet exercice est appelé steer roping). Eh oui! il n’y a eu qu’une seule Calamity Jane! Trois cow-boys suivaient les participantes dans l’arène pour les aider en cas de chute ou pour éviter qu’elles ne se fassent agresser par les bêtes. Après les “girls”, l’animateur du show décrète un break. Il appelle tous les enfants à entrer dans l’arène. On leur sort une brebis! Il y a mille et une manières de jouer au cow-boy. Mais l’excitation devant les bêtes reste la même quel que soit l’âge. Emoustillés, les gosses pourchassent la pauvre bête et finissent par la clouer au sol. Tout le monde se jette dessus comme au rugby!Fini le divertissement! La scène la plus attendue du spectacle va commencer. Les hommes vont essayer de monter des chevaux sauvages. Historiquement, cet exercice de rodéo servait à dompter les bêtes pour les revendre au prix fort. Les chevaux étaient déchaînés et les cavaliers particulièrement courageux. Le “saddle bronc”, le nom de cet exercice, consiste à briser la résistance physique de l’animal, puis de lui faire perdre sa peur de l’inconnu et lui donner confiance en son maître. Le “Bull Riding”, qui veut dire monte de taureau à cru, est un show encore plus dangereux. Dix secondes sur l’échine d’un taureau déchaîné doivent paraître trop courtes au spectateur. Mais elles sont bien longues pour celui qui monte cette imposante bête! Les cow-boys portent un corset pour amortir les coups de sabots ou de cornes.. Country MusicIl est difficile de garder son calme après un tel show. A la fin du spectacle, l’excitation est au top. Alors, quoi de plus agréable qu’une bonne partie de danse cow-boy! Derrière l’arène, se dresse le Billy Bob’s, le temple de la country music. Les habitants de Forth Worth disent que c’est le plus grand night-club du monde spécialisé dans ce genre musical. Ceux ou celles qui ont assisté au spectacle de rodéo peuvent utiliser le même ticket pour rentrer au Billy Bob’s. Mais lorsque le club organise un show spécial ou reçoit un artiste de marque, il faut passer à la caisse: 10 dollars la personne. Le club, qui a ouvert en 1981, a une capacité de 6.000 places. Il abrite deux grandes pistes de danse, 25 bars, des restaurants, des casinos pour jouer au poker… Depuis son ouverture, il a attiré plus de 15 millions de visiteurs et invité de grandes stars de la country music comme Billy Dean, Collin Raye, Bryan White… Ce soir-là, les danses en couple étaient à l’honneur. Ceux ou celles qui étaient sans cavalière ou cavalier se sont ravitaillés sur place.Une dame de Forth Worth raconte qu’une délégation de parlementaires marocains avait assisté en janvier 2004 au championnat mondial des cow-boys. La foule les a applaudis et leur a souhaité la bienvenue. “Mais je ne sais pas si les Marocains ont trouvé nos chevaux aussi bons que les leurs!” ajoute-t-elle, souriante. Tout compte fait, la réponse est oui.Aujourd’hui, dans les ranchs du Texas, le cheval est essentiel. Cet animal est dressé pour séparer entre les veaux, les taureaux et les vaches. Les Texans sont très fiers de ce type de cheval appelé “cutting horse”, ou cheval de séparation. Il se vend à des milliers de dollars.La Bourse au bétail attire toujours du monde à Forth Worth. Une enchère a lieu chaque semaine dans le célèbre quartier du Stockyards, qui a été déclaré patrimoine historique. Les cabanes en bois ont été transformées en restaurants ou magasins d’habillement. Devant quelques-unes, on peut même voir les accoudoirs où les cow-boys attachaient leurs cheveaux… Bref, le visiteur se croirait dans un studio d’Hollywood, aménagé pour le tournage d’un film western.. Le meilleur steak des USA!Dans Exchange Street, restaurants et saloons alternent avec les magasins qui, comme autrefois, vendent selles, brides, bottes et vêtements. Mais les habits en cuir sont assez chers. Une simple ceinture coûte plus de 100 dollars. Le Stockyards Hotel reçoit toujours des voyageurs, flattés de coucher là où dormit un épique bandit.Forth Worth était la ville du bétail, des cow-boys, mais aussi des hors-la-loi. On retient des noms célèbres comme Butch Cassidy et le Kid de Sundance. Ce dernier a donné son nom à une place célèbre, appelée Sundance Square. Malgré ses habitations modernes et ses deux tours jumelles, Forth Worth est restée traditionnelle. Ses rues sont moins animées que les autres villes américaines, ses habitants sont plus chaleureux. Beaucoup ont des traits hispaniques. Le Texas était une partie du Mexique. C’est à Forth Worth que la légende du Far West a commencé. A l’origine, la ville était une base militaire qui servait d’abri aux colons établis à Dallas lors des assauts des indiens comanches, tonkawas et caddos. Elle est devenue par la suite un refuge pour plusieurs familles venant de l’ouest qui ont construit maisons, églises et commerces. Le destin de Forth Worth a été rattaché à l’industrie du bétail en raison de la multiplication des ranchs. Selon des témoignages, Forth Worth compte plus de bétail que d’habitants. Près de 500.000 têtes sont vendues chaque année! Les vastes plaines du Texas sont fertiles. Il suffit d’y laisser quelques animaux pour avoir, quelques années après, un grand troupeau. L’industrie de la viande est très prospère. On peut goûter au meilleur steak des Etats-Unis: tendre, succulent et… énorme. Pour 8 dollars, deux personnes peuvent avoir une belle tranche de viande. La “cowtown”, ou la ville du bétail, a connu un développement industriel surprenant grâce à la découverte du pétrole et au secteur aéronautique. D’ailleurs, Forth Worth rend encore hommage à Amon Carter, célèbre entrepreneur qui avait conçu le premier avion en 1911. C’est à Forth Worth que la compagnie American Airlines est née en 1927. A l’époque, elle s’appelait Texas Air Transport.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc