×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Enquête

Formation textile : Une école d'ingénieurs pour la première industrie du pays

Par L'Economiste | Edition N°:243 Le 15/08/1996 | Partager


L'Ecole Supérieure des Industries du Textile et de l'Habillement ouvre ses portes en septembre. Résultat d'un partenariat tripartite entre l'Amith, l'OFPPT et la Fédération des Chambres de Commerce, l'Esith est prévue par le troisième protocole financier Maroc-UE.


Pour l'Amith, cette école supérieure spécialisée a été créée pour "renforcer les structures de formation qui visent la satisfaction des besoins en cadres spécialisés et de haut niveau dans l'industrie du textile et de l'habillement". Des études de l'Amith ont conclu que les besoins en cadres dans ce secteur sont importants, indique M. Hasnaoui Amri Abdellah, ingénieur textile, président délégué de la société Socodel et dans la commission formation et assistance technique aux entreprises de l'Amith. Aussi, pour les lauréats de l'Esith, il n'y aura pas de problème d'emploi, est-il précisé. Selon M. Abdelali Berrada, directeur général de l'Amith, des étudiants seront parrainés par des entreprises qui prendront à leur charge les frais des trois années de scolarité (20.000 DH/an pour les ingénieurs) du futur ingénieur et lui assureront un stage. Le parrainage ne sera pas uniquement financier, car l'entreprise suivra au fur et à mesure les résultats de son filleul comme le souligne M. Fouad Kabila, directeur général de la société Malico et membre de la commission de formation de l'Amith. Il est prévu d'autre part que des ingénieurs créeront leurs propres entreprises. C'est pourquoi le cursus scolaire contient des matières de gestion.

Diplômes d'Etat


L'école a pour missions la formation initiale d'ingénieurs et de techniciens spécialisés en textile, la formation continue et l'assistance technique aux entreprises du secteur et la diffusion de l'information technologique au profit des entreprises textiles.

Elle a également en charge la recherche appliquée, les essais de laboratoire, la normalisation et la certification de la qualité.

L'école aura une capacité de 410 places pédagogiques (90 ingénieurs d'Etat et 320 techniciens spécialisés en textile-confection). L'internat pourra accueillir 224 étudiants. Les diplômes seront délivrés par le MCIA. Pour l'année de démarrage, les étudiants ingénieurs seront 34 (au lieu des 30 prévus). Quelques-uns d'entre eux ont présenté des demandes de parrainage. Les techniciens spécialisés seront 160 répartis entre les différentes filières: 40 dans la fabrication textile, 20 dans la chimie textile et ennoblissement, 20 dans la maintenance du matériel et 40 dans la confection.
Pour les ingénieurs, le recrutement des candidats se fera principalement parmi les étudiants issus des classes préparatoires aux grandes écoles nationales d'ingénieurs. Leur formation durera trois ans. Le cycle des techniciens spécialisés est quant à lui ouvert aux étudiants titulaires du Baccalauréat et qui satisfont aux conditions d'admission.

Structure publique, gestion privée


Pour le statut de l'Esith, quatre formes juridiques ont été étudiées: établissement public géré par l'Amith; établissement public à l'instar des autres écoles d'ingénieurs; établissement public avec autonomie de gestion et établissement de droit privé filiale de l'OFPPT. C'est cette dernière formule qui a été retenue.

L'école sera donc gérée par une société anonyme, ESIT Casa, dont le capital, fixé à quatre millions de Dirhams, est réparti entre l'OFPPT (65%), l'Amith (20%) et la Fédération des Chambres de Commerce et d'Industrie (15%). Le président du Conseil d'Administration de l'OFPPT présidera également le Conseil de l'Esith.

Le financement du fonctionnement de l'école sera assuré, pour la première année, à hauteur de 25% par la participation des étudiants aux frais et de 75% par la contribution de l'Etat. La deuxième année, les contributions seront respectivement de 50% pour les étudiants, 5% pour les recettes sur les prestations de services et l'assistance aux entreprises, et 45% sur budget de l'Etat. La troisième année, la répartition sera, dans le même ordre, 50, 10 et 40%. L'objectif, précise M. Hasnaoui, est de parvenir à un financement égalitaire, un tiers pour chaque contributeur.

Il est à rappeler que le projet fait partie du troisième protocole financier entre le Maroc et l'Union Européenne portant sur un montant de 18 millions de Dirhams. L'UE assurera durant trois années une assistance technique consistant en 436 semaines-experts dont 362 sur site. Cette assistance vise à assurer le perfectionnement technico-pédagogique des formateurs et à les encadrer dans la conception et la mise en oeuvre des cours, travaux dirigés et travaux pratiques. Elle compte également élaborer les fiches pédagogiques des différentes filières du textile et de l'habillement, et à effectuer des missions de formation continue, de recherche appliquée et de prestation de services aux entreprises.

Hakim ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc