×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprise Internationale

Ford passe la bague au doigt de Volvo

Par L'Economiste | Edition N°:433 Le 01/02/1999 | Partager

Le dernier pas de la valse des prétendants autour du constructeur suédois Volvo Cars a finalement eu lieu le jeudi 28 janvier. Et c'est le constructeur américain Ford qui a finalement eu les faveurs de la belle.

Volvo aux mains de Ford, c'est désormais officiel. Jeudi 28 janvier, le géant américain a finalement passé la bague au doigt de la belle suédoise, coiffant au poteau Fiat, Volkswagen, General Motors et autres Renault et Mitsubishi. Montant de la dot: 50 milliards de Couronnes suédoises (l'équivalent de 60 milliards de DH).
Toutefois, le mariage ne sera consommé qu'après le consentement des actionnaires de Volvo et des autorités de tutelle. Ce qui ne sera pas, selon la lettre américaine spécialisée, Ward, sans obstacles. Elle cite notamment un groupe d'actionnaires irréductibles de Volvo, qui détiennent 31% du capital de Volvo. Celui-ci avait notamment fait capoter en 1993 le projet de fusion avec Renault, si cher à Louis Shweitzer, patron de la firme au losange.
Pour le moment, l'annonce de la reprise de Volvo par Ford a calmé les ardeurs spéculatives de ces derniers mois sur la reprise de la firme suédoise par l'un ou l'autre de ses nombreux prétendants.
Après la vente de sa branche principale, Volvo se recentrera sur les véhicules commerciaux. La marque Volvo dont le nom vient du latin (je roule...) deviendra propriété des deux parties. Les Suédois l'utiliseront pour leurs véhicules commerciaux et Ford aura le droit d'en estampiller les voitures particulières, les minivans, les voitures de sport et les utilitaires légers.
"Cette solution améliore fortement les perspectives de Volvo Cars, de ses salariés et du groupe Volvo en général", a déclaré jeudi le président de Volvo Haakan Frisinger. Proportionnellement, Volvo Cars reste pourtant l'une des plus petites du groupe Volvo, fleuron de l'industrie suédoise. Le groupe, basé à Göteborg dans le Sud-Ouest du pays, produit également des poids lourds, des autobus, des moteurs d'avions et de bateaux et des engins de travaux publics.

Marque-phare


Toutes unités confondues, Volvo Industrie emploie plus de 70.000 personnes dans le monde dont quelque 40.000 en Suède.
Dernièrement, le constructeur de Göteborg a cherché un rapprochement avec l'Italien Fiat. Mais trop gourmand, Fiat a laissé échapper la belle qui ne voulait en aucun cas céder l'ensemble du groupe Volvo, condition sine qua non du constructeur turinois. Une telle décision aurait créé un émoi en Suède où l'on craint que le joyau national ne quitte définitivement le Royaume pour sertir une autre couronne. Les dirigeants suédois ont donc préférer décliner l'offre italienne, pourtant largement supérieure, pour chercher un partenariat outre-Atlantique. Il n'en a pas fallu plus pour que Ford saute sur l'occasion qu'il attendait depuis longtemps.
"Volvo est une marque-phare, aux atouts exceptionnels, qui représente une excellente occasion d'étendre notre gamme et d'accroître la part de marché de Ford dans le monde", s'est félicité M. Jaques Nasser, le président de Ford depuis son siège de Detroit. Et d'ajouter tout heureux que "Volvo est un complément parfait de la famille des marques de Ford".
Pour les analystes de l'automobile, Volvo pourra bénéficier des ressources de Ford en recherche & développement et accéder au gigantesque marché américain.
En revanche, Volvo est justement la marque de standing dont le deuxième constructeur mondial avait besoin, prenant sa place entre les jaguar et les petits modèles de sa propre gamme.
Les appétits voraces de Ford seront-ils rassasiés pour autant? Peu probable, puisque la firme de Detroit, forte de sa trésorerie excédentaire, part à la conquête du marché automobile mondial. Prochaines cibles: rien de moins que le constructeur allemand BMW et le Japonais Honda.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc