×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Fonds spéculatifs: Gare aux mauvaises surprisesPar Dean P. Foster et H. Peyton Young

Par L'Economiste | Edition N°:2860 Le 15/09/2008 | Partager

Dean P. Foster est professeur de statistiques à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie. Seul ou avec d’autres chercheurs, il a développé des modèles de fonctionnement économique, dont, tout récemment, un modèle pour prévoir les faillites. Adepte du partage du savoir, il met régulièrement ses travaux en ligne, soit sur sa propre page web (gosset.wharton.upenn.edu), soit au sein de web de son université (http://knowledge.wharton.upenn.edu) où l’on trouvera de très nombreux articles sur le développement, l’Afrique et la Chine Président de la Société de la Théorie des Jeux, H. Peyton Young est un spécialiste de l’économétrie. Il a fait progresser cette théorie spécialement en ce qui concerne l’analyse de l’introduction de l’innovation et le changement des références institutionnelles (spécialement en ce qui concerne le pouvoir démocratique). C’est un expert pour ce qui est des normes sociales et la manière dont elles affectent les systèmes de vote, de représentation sociale, de la justice… En 2007, il a publié un travail remarqué sur l’auto-éducation et ses effets dans les groupes humains. Il enseigne à la Johns Hopkins UniversityImaginez que vous êtes en train d’acheter une voiture très puissante mais que vous n’avez pas le droit de regarder sous le capot car le moteur doit rester secret! De plus, vous ne pouvez pas savoir comment fonctionnent les autres véhicules de même type puisqu’il n’en existe aucun. Au bout du compte, cette voiture n’a aucune garantie. La même logique s’applique aux fonds spéculatifs (ndlr: des fonds qui ne sont pas autorisés au Maroc): les investisseurs ne sont généralement pas autorisés à savoir comment ils fonctionnent, et aucune garantie n’est proposée. Qui plus est, les gestionnaires peuvent facilement faire croire à des performances élevées sans être démasqués.En fait c’est grâce aux probabilités que les fonds spéculatifs gagnent sans prendre de risques… presque sans prendre de risques (voir encadré).

Escroc ou naïf?
Toutefois, les investisseurs ignorent – et ne sauraient dire – si le promoteur d’un fonds spéculatif a du talent. Ils voient ce qui s’est passé et non ce qui aurait pu se passer. Alors, quand l’événement finit par se produire, les investisseurs perdent tout, alors que le promoteur aura fait un bénéfice de plus de 3 millions par an avant la chute.En outre, le résultat est le même pour les investisseurs si les gestionnaires sont honnêtes et pensent simplement pouvoir battre le marché. Il est possible que promoteur ne soit pas un escroc mais pense simplement que la probabilité de voir S&P chuter est inférieure à 10%. La nature du problème, c’est que les gestionnaires de fonds spéculatifs mettent leurs investisseurs en danger, tout en prenant eux-mêmes peu de risques. Si le fonds s’effondre, les investisseurs ne peuvent dire si cela est dû à une mauvaise gestion ou juste à la malchance.
Protéger les investisseurs
Cette situation pose de réelles difficultés aux organismes de surveillance. En effet, il est difficile de prouver la fraude, car les gestionnaires peuvent toujours dire après coup qu’ils pensaient sincèrement que les probabilités étaient en fait meilleures. Renforcer les mesures d’incitation – disons, en pénalisant la contre-performance et en récompensant la performance – ne résoudra pas non plus le problème car toutes les structures de commission qui récompensent les vraies génies de la finance récompensent aussi les charlatans.Il est malgré tout possible de protéger les investisseurs. Tout fonds spéculatif devrait être immédiatement répertorié et les rendements régulièrement signalés. II serait fort judicieux de demander aux gestionnaires d’informer les investisseurs sur les risques encourus, voire de garantir des limites sur les pertes, à l’instar des garanties des fabricants de voitures.Il est dans l’intérêt du secteur des fonds spéculatifs de renforcer les réglementations et d’assurer la transparence, de crainte qu’une vague montante de fonds en faillite n’entame sérieusement la confiance des investisseurs, mettant les mauvais comme les bons spéculateurs au chômage technique.

Comment faire de l’argent avec les probabilités?

Pour voir comment simuler la performance, prenons l’exemple d’un événement assez rare, tel la chute de plus de 20% du S&P 500 (indice très réputé aux Etats-Unis) dans l’année. Ce type d’événement est souvent intégré dans le marché des produits dérivés, qui fixe le prix pour le S&P à dix centimes sur le dollar. L’option coûte donc dix centimes et revient à un dollar si l’événement se produit d’ici la fin de l’année, mais n’a plus de valeur dans le cas contraire.Prenons monsieur X, qui a un doctorat de physique. Il n’a pas de talent particulier en matière d’investissement mais s’y connaît en probabilités et gère un fonds spéculatif d’une valeur de 100 millions de dollars. Il décide de vendre des options sur l’éventuelle chute du S&P. Pour remplir ses obligations à l’égard des acheteurs d’options si l’événement se produit, il place les 100 millions de dollars en bons du Trésor, qui ont un rendement de 4% au bout d’une année, puis vend 100 millions d’options couvertes qui rapportent dix centimes sur le dollar, donc 10 millions de dollars net. Il dépose 10 millions de dollars en bons du Trésor à court terme également et vend pour 10 autres millions d’options. Sa transaction lui rapporte à nouveau 10 millions de dollars, qu’il utilise pour couvrir les dépenses.À la fin de l’année, la probabilité que l’événement ne se produise pas est de 90%. Monsieur X ne doit donc rien aux acheteurs d’options. Le fonds rapporte 11 millions grâce à la vente des options plus 4% sur les 110 millions en bons du Trésor, ce qui représente un joli 15,4 % de rendement avant dépenses.Par ailleurs, la commission de monsieur X répond au schéma classique 2-20: 2% pour les fonds sous gestion et un bonus de 20% pour les rendements qui excèdent un certain point de référence, disons 4%. Il obtient donc plus de 3 millions après dépenses. Monsieur X n’est pas mécontent d’avoir quitté le milieu de la physique.La probabilité que l’événement se produise étant seulement de 10% pour toute année, il y a donc près de 60% de chances pour que cinq années s’écoulent sans que rien ne se passe, auquel cas monsieur X ferait plus de 15 millions de bénéfices même si le fonds n’a pas été alimenté. Bien entendu, après plusieurs années de profits, le fonds continue à croître considérablement et de nouveaux investisseurs se bousculent pour avoir des options.Copyright: Project Syndicate, 2008Traduit de l’anglais par Magali Adams

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc