×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fondation Mohammed VI pour l’éducation
20.000 enseignants ont accédé au logement

Par L'Economiste | Edition N°:2237 Le 20/03/2006 | Partager

. L’institution en fait sa priorité. Ce sont 110.000 familles qui sont ciblées par ce programmeUn total de 20.000 adhérents ont accédé au logement et 60.000 dossiers d’assurance-maladie complémentaires ont été pris en charge depuis 2002. Le bilan de la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation est positif à plus d’un égard. Son président, Abdelaziz Meziane Belfkih, a présenté les réalisations lors d’une rencontre jeudi 16 mars à Rabat.En matière de logement, l’engagement financier de la Fondation a été d’environ 630 millions DH de subvention d’intérêts, sur un montant global des crédits s’élevant à 4 milliards de DH. Ces résultats sont le fruit d’une convention signée entre la Fondation, les banques, la Caisse centrale de garantie (CCG) et la CDG.Doté de 400 millions DH, un fonds de garantie logement éducation-formation a été mis en place. L’objectif est de rendre le logement accessible à 110.000 familles. Ces crédits sont étalés sur une période maximale de 20 ans avec un plafond de 500.000 DH. Les taux conventionnés sont de 6,5% (hors taxe) fixe. Ils sont de 4,5% pour les tranches ne dépassant pas 200.000 DH.La Fondation avait également mis en place une aide directe non remboursable d’une valeur de 20.000 DH. «Mais une étude a révélé l’inadéquation de ce mécanisme par rapport aux objectifs. Celui-ci a été substitué par de petits crédits de 80.000 DH sur 10 ans, au taux de 2,5%,», a expliqué Youssef Bekkali, coordonnateur de la Fondation. Un Plan Epargne Logement (PEL) a en outre été mis en place. La durée maximale du plan est de 5 ans avec un apport minimal de l’adhérent de 500 DH par mois, auxquels s’ajoutent 100 DH sous forme d’aide de la Fondation. L’impact de ce plan reste cependant limité face à un faible pouvoir d’épargne. La prévoyance sociale figure également parmi les priorités de la Fondation. Deux contrats d’assurance ont été souscrits.Le premier est l’assurance médicale complémentaire entamée depuis juillet 2004 auprès d’Es Saâda, pour une prime annuelle de 45 millions DH. Le plafond de garantie est de 1 million de DH par personne, par maladie et par an. Elle concerne principalement les maladies graves ou chroniques et des cas particuliers. Ainsi, 11.000 naissances et 20.400 aides aux lunettes ont bénéficié de remboursements forfaitaires. A noter que 18 cas de greffes d’organes ont été pris en charge. Le deuxième contrat porte sur l’assistance et le transport sanitaire au Maroc et en Europe. Il a été souscrit auprès d’Isaaf Mondial Assistance pour une enveloppe budgétaire annuelle de 10,5 millions DH. Un millier de bénéficiaires ont été enregistrés. En vertu d’une convention signée entre la Fondation et l’ONCF en juillet 2002, les adhérents, leurs conjoints et leurs enfants bénéficient, durant toute l’année d’importantes réductions allant jusqu’à 40% sur les tarifs. Plus de 2 millions de voyages ont été subventionnés.La Fondation s’implique également dans d’autres actions sociales. A commencer par le pèlerinage. Une aide de 22.500 DH est octroyée à 160 adhérents par an. Quelque 87% des 580 personnes ayant bénéficié de cette opération sont âgés de plus de 60 ans. Plus de 60% d’entre elles sont de l’échelle 1 à 7. La Fondation a aussi créé un fonds de placement «Istihqaq» (mérite) doté de 125 Millions de DH. Il permet annuellement l’octroi de 100 bourses d’études, d’une valeur globale de 76.000 DH. A ce jour, 330 étudiants en ont bénéficié.La Fondation a également lancé un programme progressif de construction de centres d’estivage. Le premier est «Mimosas », d’une capacité d’accueil de 200 familles sur la plage d’El Haouzia à Azemmour. S’en est suivi en juillet 2005, «Al Boustane» à Saïdia. Par ailleurs, la Fondation a signé des conventions de partenariat avec une cinquantaine d’hôtels, dans une vingtaine de villes, pour des réductions allant de 30 à 65%. La Fondation ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Parmi les principaux chantiers 2006, l’intégration des enseignants retraités. Des négociations sont menées avec plusieurs banques pour l’octroi de crédits à la consommation à taux préférentiels. La Fondation ambitionne de les ramener à 7,25% et 7,5%.


Missions

La création de la Fondation entre dans le cadre de la réforme du système éducatif. Comptant prés de 32 cadres, elle est administrée par un comité directeur constitué de 5 représentants de l’administration, 5 de syndicats et autant de représentants des secteurs financier, économique et social. Dotée d’une subvention étatique équivalant à 2% de la masse salariale du secteur de l’enseignement, la Fondation s’appuie sur une charte de valeurs qui s’articule autour de l’égalité des chances, du respect du choix de tout un chacun, du professionnalisme, de la transparence, de la confiance et de la solidarité. Regroupant 300.000 enseignants inscrits, la Fondation compte 1 million de bénéficiaires (conjoints et enfants).T. Q.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc