×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

FNUAP: Rapport alarmant sur la population

Par L'Economiste | Edition N°:1139 Le 08/11/2001 | Partager

. Freiner la croissance démographique réduira mécaniquement le nombre des futurs pollueurs et aidera à respecter les plafonds d'émission envisagés“Nous sommes en face d'une série très complexe d'interactions”, note d'emblée le rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) sur “l'état de la population mondiale 2001”, publié hier mercredi. En effet, à mesure que la population augmente, la demande et les dépenses de consommation deviennent plus importantes aussi. Ceci touche incontestablement l'environnement. Depuis 1960, la population a doublé, atteignant 6,1 milliards. Elle devra passer d'ici 2050 à 9,3 milliards, soit une hausse de près de 50%. Selon les prévisions du département des Affaires économiques et sociales de la division de la population de l'ONU, les 49 pays les moins avancés verront leur population presque tripler, passant de 668 millions à 1,86 milliard en 2050. L'effectif augmente actuellement de 1,3% par an, c'est-à-dire de 77 millions.Au cours des 70 dernières années, le volume d'eau utilisé a sextuplé. La plus grande partie de l'eau utilisée (54%) va à l'irrigation. Ce taux pourrait atteindre en 2025, selon les prévisions de la FNUAP, 70% en raison de la croissance démographique. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) évalue, en outre, à 1,1 milliard le nombre de personnes qui n'ont pas accès à l'eau salubre. Côté alimentation, environ 800 millions de personnes souffrent actuellement de malnutrition chronique et 2 milliards ne bénéficient d'aucune sécurité alimentaire. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a classé le plus grand nombre de pays en développement dans le groupe des “Etats à faible revenu et à déficit alimentaire”.Par ailleurs, l'augmentation de la population a fait multiplier les émissions de dioxyde de carbone par 12, passant de 534 millions de tonnes en 1900 à 6,59 milliards de tonnes en 1997. Ce qui aggrave le problème du réchauffement planétaire avec ses effets écologiques et sociaux.L'extension des terres cultivées, la destruction des forêts et la production croissante de certains produits chimiques augmentent aussi le volume des gaz à effet de serre dans l'atmosphère.Le rapport de la FNUAP indique que “chaque naissance évitée peut réduire le coût du changement climatique”. Il ajoute, en outre, que freiner la croissance démographique réduira mécaniquement le nombre des futurs pollueurs et aidera à respecter les plafonds d'émission envisagés par le Protocole de Kyoto consécutif à la convention sur le changement climatique conclue à Rio, et dont les débats se poursuivent actuellement à Marrakech. Nisrine Khafi

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc