×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Courrier des Lecteurs

Finance internationale : GDRs: Les investisseurs internationaux plébiscitent la BMCE

Par L'Economiste | Edition N°:224 Le 04/04/1996 | Partager

La BMCE a bien pris pied sur les places financières internationales. La demande a représenté quatre fois l'offre de GDRs. La banque est maintenant prête à jouer les premiers rôles sur le marché international.
M. Othman Benjelloun, directeur général de la BMCE, et les membres de la délégation composée de hauts cadres de la banque, ne sont pas revenus les mains vides du périple de 22 jours qui les a menés à toutes les grandes places financières du monde. L'augmentation de capital par émission internationale d'actions pour un montant de 50 millions de Dollars a connu un réel succès. A la clôture de la souscription, la demande des investisseurs étrangers a dépassé 215 millions de Dollars, soit plus de quatre fois l'offre. La banque a ainsi porté ses fonds propres à 3,282 milliards de Dirhams au lieu de 2,832 milliards auparavant. Au total, 9,6% du capital de la BMCE se trouvent maintenant placés sur les marchés internationaux.
Selon la Banque, 48% des titres ont été placés en Europe, 30% aux Etats-Unis et 22% en Asie. 70% des investisseurs accèdent pour la première fois au marché marocain, précise-t-elle.
L'opération a été menée en partenariat avec la SFI (Société Financière Internationale) et la banque japonaise Nomura Internationale, chefs de file du syndicat de placement composé de Citibank, Morgan Grenfell, Morgan Stanley et Banco de Santander. Le prix de l'offre d'un GDR avait été fixé à 12,70 Dollars, soit l'équivalent du tiers d'une action ordinaire BMCE, pour un volume total de 4,1 millions de titres.

Risque Maroc

Nouveaux dans le milieu financier marocain, les GDRs constituent un véhicule bien éprouvé sur les places financières internationales. Dans la pratique, et pour drainer des ressources, l'initiateur émet des titres physiques déposés auprès d'une banque internationale. Celle-ci émet en contrepartie des GDRs, lesquels sont placés par les membres du syndicat par le biais des sociétés de courtage.
Les GDRs BMCE sont pour l'instant cotés à Londres. Les investisseurs conservent les mêmes droits qu'un actionnaire classique. Mais pour des raisons de commodité, ils sont représentés aux assemblées générales par la banque dépositaire, Bankers Trust. Le titre est rémunéré par des dividendes selon les résultats et la politique de répartition de la banque.
Il est à souligner par ailleurs que ces papiers financiers sont fongibles aux actions ordinaires avec lesquelles ils peuvent être échangés via la bourse et vice versa. Le Bourse de Casablanca où sont cotés 90% des titres BMCE continue toutefois de constituer le marché directeur. Ainsi, le cours des GDRs devrait normalement suivre la même tendance que les actions ordinaires.

De l'avis de M. Mamoun Belghiti, directeur central responsable des départements financiers, le succès de l'opération montre que "le risque Maroc est bien perçu". Et de rappeler que les exposés faits à l'étranger ont été surtout axés sur les caractéristiques et les potentialités de l'économie marocaine. Pour la Banque, il s'agissait toutefois de renforcer les fonds propres en vue de mieux répondre à la demande. En clair, elle veut s'imposer comme l'un des tous premiers établissements de crédit du pays. Cette augmentation de capital constitue en outre "une concrétisation de la politique internationale mise en uvre par la nouvelle Direction".
Reste maintenant à relever les défis. M. Belghiti annonce que la BMCE est bien préparée. Les chiffres de l'exercice écoulé (progression du bénéfice net de près de 20% et 33% pour le résultat d'exploitation) donnent d'ailleurs une mesure des nouvelles ambitions de la banque. Le test international de la BMCE est probant. Il peut encourager d'autres grandes entreprises à s'ouvrir sur l'extérieur. La seule contrainte: une totale transparence, une gestion sans faille et une bonne rentabilité.

Alié.Dior.NDOUR.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc