×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Filière huile d’olive
Le marché local trop petit

Par L'Economiste | Edition N°:3481 Le 08/03/2011 | Partager
2 kg/hab/an, loin de la moyenne méditerranéenne
Pas de promo à destination du consommateur

Le Maroc importe annuellement environ 400.000 tonnes d’huile végétale alimentaire. Cependant, la consommation moyenne d’huile d’olive ne dépasse pas 2 kg/habitant/an

ET de cinq pour les Journées méditerranéennes de l’olivier. Une manifestation qui s’est ouverte, hier, à Meknès. Organisée par l’agropole Olivier ENA, en collaboration avec l’Université internationale d’Andalousie (UNIA), elle réunit des experts venant de plusieurs pays méditerranéens. Cette rencontre durera trois jours (7, 8 et 9 mars).
Lors de la cérémonie d’ouverture, il a été noté que l’accroissement actuel de la production d’huile d’olive et le renforcement de l’intérêt mondial pour les produits oléicoles ont incité un grand nombre de pays à déployer des efforts particuliers pour améliorer la production tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Ces changements ont placé la filière oléicole dans un contexte concurrentiel où seules la qualité, la notoriété et la distinction du produit «huile d’olive» priment.
Pour Noureddine Ouazzani, responsable de l’agropole Olivier ENA Meknès, initiateur de l’événement, les enjeux actuels pour une oléiculture marocaine rentable et durable exigent que les efforts des producteurs et des opérateurs industriels du secteur oléicole doivent porter en particulier sur la production d’une huile d’olive de qualité, la stimulation du marché et la demande au niveau du marché local. Ce marché qui ne dépasse pas 2 kg/habitant/an est loin de la moyenne de consommation d’huile d’olive au niveau du bassin méditerranéen (6 kg/habitant/an en Tunisie, 12 kg/habitant en Espagne, 14 kg/habitant en Italie, et 24 kg/habitant en Grèce).
Le Maroc importe annuellement environ 400.000 tonnes d’huile végétale alimentaire. De l’avis des experts, le marché local potentiel doit être la base du commerce d’huile d’olive marocaine tout en gardant une stratégie de promotion des exportations et de création de la demande du produit «huile olive Maroc» au niveau des marchés internationaux traditionnels et surtout des marchés émergents et potentiels avec une approche intégrée «production-commercialisation».
Dans le reste du programme de ces cinquièmes journées figurent des conférences techniques et scientifiques couvrant tous les aspects relatifs aux marchés et aux stratégies de commercialisation de l’huile d’olive, ainsi que les derniers acquis techniques et technologiques de production d’une huile de qualité, de valorisation des sous-produits de l’olivier et de production d’énergie. Pour ce dernier volet, un kilogramme de noyaux d’olives ou de grignons épuisés correspond à l’équivalent en énergie de 4.100 kcal, soit 1.10 kWh ou encore 0,4 litre de fuel. Les avantages environnementaux et économiques sont, de ce fait, indéniables pour le secteur oléicole. Et c’est ce qu’essayeront de montrer les éminents experts nationaux et internationaux qui animeront les tables rondes de ce séminaire. Ce sera donc l’occasion de faire bénéficier les opérateurs de la filière oléicole marocaine des derniers acquis techniques et technologiques en la matière et des expériences des principaux pays oléicoles méditerranéens en matière de stratégies et d’appui à la commercialisation du produit «huile d’olive».
En tout cas, ces journées se penchent sur les dernières innovations technologiques pour la production d’huile d’olive de qualité, la valorisation des sous-produits de l’olivier avec notamment la production d’énergie pour une oléiculture durable respectueuse de l’environnement.
En effet, de par l’importance stratégique du secteur productif de l’huile d’olive, celui-ci génère annuellement une importante biomasse qui offre de fortes potentialités de valorisation comme source énergétique renouvelable disponible pour la production d’énergie thermique, électrique et/ou bio-combustible.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc