×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fièvre aphteuse: Le Maroc sur ses gardes

Par L'Economiste | Edition N°:2588 Le 10/08/2007 | Partager

. Toute importation de la GB prohibée. La consommation de viandes rouges en stagnationAMATEURS de viandes rouges, prenez garde! La fièvre aphteuse sévit encore. Certes, le Maroc est loin du foyer actuel de la maladie qu’est la Grande-Bretagne, cependant le risque zéro n’existe pas. D’ailleurs, les Anglais ne sont pas très contents de voir l’embargo imposé sur toutes leurs exportations maintenu jusqu’au 25 août. Pour rappel, un 3e foyer a été découvert en GB.Le pays est classé zone à haut risque jusqu’à nouvel ordre, d’après les experts vétérinaires des 27. Le Maroc, de son côté, s’y est déjà mis. Le ministère de l’Agriculture a interdit l’importation d’espèces sensibles à la fièvre aphteuse et de leurs produits à partir de la Grande-Bretagne (cf. www.leconomiste.com). Ainsi, des mesures ont été prises pour renforcer le contrôle sanitaire au niveau des postes frontières et la vigilance est assurée en permanence par l’ensemble des services vétérinaires et par les vétérinaires du secteur privé.En effet, au niveau des postes frontaliers, une évaluation préalable des risques est effectuée par les services vétérinaires marocains et leurs homologues du pays de provenance. Un dispositif complet est mis en place et qui prévoit, entre autres, des mesures sanitaires d’accompagnement. Une période de quarantaine est aussi obligatoire. Cela signifie que les bêtes rapatriées sont isolées pendant trois à quatre semaines, selon les cas. Par la suite, si aucun symptôme n’est constaté, le risque est presque nul. Mais déjà il faut savoir que le Maroc n’importe plus de viandes et dérivés du Royaume-Uni depuis plus de 15 ans, date de l’apparition des premiers foyers de la maladie de la vache folle et de la fièvre aphteuse. Ainsi, pour des raisons sanitaires, les importations ne proviennent que de 3 pays: la France, l’Allemagne et la Hollande.Donc, si le risque de contamination paraît faible, il n’empêche que l’hygiène doit être maintenue pour la prévention. Selon une proposition de mise à niveau du secteur agricole pour la filière viandes rouges, élaborée conjointement par le ministère de l’Agriculture et la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER) en juillet 2007, l’hygiène ne serait pas très au point. En effet, les équipements utilisés sont incomplets, mal entretenus et conçus à partir de matériaux ne répondant pas aux normes de salubrité. Le personnel de son côté rend la tâche difficile. Il ne se soumet pas aux conditions d’hygiène (visite médicale, organisation…).Cela n’a pas empêché, pour autant, l’accroissement de la production de viandes rouges durant les vingt dernières années. En effet, celle-ci est passée de 354.000 tonnes à 400.000 tonnes pour la période comprise entre 1992 et 2005.


Bourse et consommation

La filière viandes rouges bénéficie d’un important effectif d’ovins et de caprins, avec un éventail de races locales bien adaptées au milieu naturel, bien que les potentialités ne soient pas totalement exploitées. Ceci dit, la consommation de viandes rouges a enregistré durant les 25 dernières années une tendance à la stagnation, passant de 10,7 à 11,8 kg/personne/an. Cette tendance est fortement liée à l’évolution de la consommation des viandes de volailles au détriment des viandes rouges, l’augmentation des prix et le pouvoir d’achat limité des consommateurs. Le kilo de viande bovine varie actuellement entre 70 et 80 DH, contre 65 à 60 DH pour la viande ovine. Serait-ce une raison pour virer à la viande canine…Sara BADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]iste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc