×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Fête de mariage : L'organisation pèse sur la facture finale

Par L'Economiste | Edition N°:243 Le 15/08/1996 | Partager


L'été est la saison des mariages par excellence. La plupart des futurs époux programment leur fête en période de congé. Ils peuvent alors se consacrer pleinement à des préparatifs souvent laborieux.


Si le printemps est la saison des amours, ce n'est qu'en été, le plus souvent en août, que la plupart des amoureux "se disent oui". La tendance mérite néanmoins quelques nuances. Pour des raisons économiques, plusieurs couples et familles préfèrent attendre la basse saison (automne et hiver).

Le choix du coiffeur, de la neggafa (habilleuse), de l'animation, de la salle et du traiteur doit être effectué dans un délai de deux semaines à plusieurs mois pour parer à toute incertitude.

Le jour J, la mariée doit s'afficher sous son meilleur jour. C'est pourquoi les plus coquettes s'offrent toute une semaine de petits soins. Massage, baumes, épilation, soins de la peau et relaxation leur coûtent autour de 3.000 DH. Les moins exigeantes se contentent d'une demi-journée pour se refaire une beauté avec pour programme coiffure et cosmétique. La mariée avisée aura déjà opté pour sa coiffure et son maquillage préalablement. Selon le modèle choisi pour l'apprêt des cheveux et du visage, les prix peuvent aller de 350 à 2.000 DH. Toutefois, indépendamment du type de coiffure et de maquillage, le prix peut curieusement augmenter. Ainsi il n'est pas rare qu'une femme se voit taxée uniquement parce qu'elle se marie.

Vaste choix, prix variables


Après le salon de coiffure, la mariée confie sa beauté à la neggafa. Cela lui permet à la fois de se conformer aux traditions vestimentaires marocaines et réaliser l'économie des bijoux et parfois des habits qui seront empruntés pour toute la cérémonie. Les honoraires de la neggafa varient selon la qualité des accoutrements et le type de ammaria (sorte de palanquin). Ils peuvent osciller entre 1.000 et 20.000 DH, voire plus.

La cérémonie peut se dérouler chez soi, dans les demeures familiales, louées ou empruntées, à moins que les salles de fête ou l'hôtel ne soient privilégiés. Les hôtels y trouvent leur compte, séminaires, colloques et conférences se faisant très rares pendant l'été. Ils proposent la réception clefs en main qui comprend la salle, la restauration, le service et la décoration. La simple location de l'espace coûte chez la plupart des hôtels entre 15.000 et 40.000 DH. Pour une réception clefs en main, option plus avantageuse selon les hôteliers, 200 à 700 DH par personne sont à prévoir. Entre un simple cocktail dînatoire et un dîner royale, la fourchette des prix est donc large.

Côté restauration, le traiteur est un must pour ceux qui préfèrent l'intimité de leur résidence. Il concoctera les cocktails, fera mijoter les mets classiques comme les méchouis et les pastillas, distribuera les éternels gâteaux marocains accompagnés de boissons. Les traiteurs se disent capables de combler les désirs les plus délicats: le client peut composer son menu de l'entrée jusqu'au dessert et à la pièce montée. Les traiteurs offrent des formules complètes, comprenant le transport, le service, la fourniture d'équipements (tables, chaises, couverts, tentes) et la restauration. Entre 15.000 et 50.000 DH sont nécessaires, en fonction des mets choisis et du type de matériel loué. Conscients des risques inhérents aux réceptions, des traiteurs souscrivent des assurances.

Autre souci: créer une ambiance de fête. Le répertoire musical marocain offre un grand éventail. Ici, tout est affaire de goût. Parfois, pour faire plaisir à tous les invités, il y en a qui passent en revue l'ensemble du folklore marocain en une soirée. Aucune règle pour les prix. Tout dépend de la renommée de l'orchestre, de son matériel et de la durée de la prestation. Il faut compter au minimum 1.500 DH et au maximum 30.000 DH.

Dans tous les cas, une organisation minutieuse préviendra faux frais et arnaque.

Yasmina EL JAMAÏ
& Malika EL JOUHARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]iste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc