×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Festival Timitar
«La manifestation a atteint l’âge de maturité»
Entretien avec Fatim-Zahra Ammor, DG du festival

Par L'Economiste | Edition N°:3316 Le 09/07/2010 | Partager

. Près de 800.000 spectateurs attendus à cette septième édition . Plus de 300 accréditations délivrées pour la couverture médiatique . 700 membres des forces de sécurité mobilisés - L’Economiste: Le festival a déjà sept ans d’âge. Quel est véritablement le secret de sa pérennité?- Fatim-Zahra Ammor: C’est tout simplement le fait qu’il y ait toujours les mêmes personnes derrière cette manifestation et notamment le soutien inconditionnel de Aziz Akhannouch. Il est le mentor depuis le départ de la rencontre. En un mot, le secret c’est la continuité. - D’année en année le festival se renouvelle, quelles leçons tirez-vous des précédentes éditions?- Chaque année, nous capitalisons les expériences et au fur à mesure nous agissons pour améliorer le produit notamment en termes de programmation artistique qui reste le cœur de l’événement. Sur ce plan, pour une meilleure gestion des spectacles, le nombre de concerts par soir a été réduit et la combinaison des plateaux d’artistes a été repensée. - Justement comment se fait le choix du plateau d’artistes? - Brahim El Mazned, le directeur artistique, est en tournée tout au long de l’année à travers le monde pour dénicher les stars montantes dans le domaine des musiques du monde. Cette catégorie de musique reste en effet un des éléments du concept de ce festival. Pour choisir, l’attention n’est pas seulement portée sur les nouvelles stars mais aussi sur les anciennes qui ont des nouveautés à présenter. Le festival remplit ainsi un de ses objectifs qui est l’aide à la création. - Aide à la création, animation de la ville… le coût de la manifestation est énorme. La gratuité des spectacles est cependant maintenue après tant d’années. Comment réussissez-vous à boucler le financement de l’opération? - Le budget de la manifestation atteint cette année les 12 millions de DH dont 40% sont des fonds publics. Et le plus grand sponsor à ce niveau, c’est le Conseil régional de Souss-Massa-Draâ. Le reste provient des sponsors qui nous soutiennent chaque année. Il ne faut pas oublier également la contribution des hôteliers d’Agadir. Une véritable synergie de plusieurs intervenants et composantes, sans qui le festival n’existerait pas. - Quelle affluence attendue pour cette septième édition?- Pour les quatre jours, durée de la manifestation, nous tablons sur 700.000 à 800.000 spectateurs. Mais peut-être que l’ouverture de l’autoroute Marrakech-Agadir drainera bien plus de monde notamment en termes de visiteurs nationaux. - Qu’en est-il des touristes étrangers?- Le festival coïncide cette année avec la haute saison pour les établissements d’hébergement. Aussi on s’attend également à des spectateurs étrangers. En tous les cas une démarche de communication est menée auprès des hôtels. C’est une occasion qu’il ne faut pas rater car cela permet de véhiculer l’image d’ouverture de la destination. - Quid de la couverture médiatique?- Nous avons délivré plus de 300 accréditations dont 30 pour les journalistes étrangers. Cinq télévisions étrangères par ailleurs couvriront l’événement, tels que France 3, Afrique TV, la BBC, Cherkia et Arabia sans oublier six ou sept radios. - Quel avenir, selon vous, pour le festival Timitar après cette septième édition? - Le festival a atteint aujourd’hui l’âge de la maturation et nous envisageons après cette édition de dresser un bilan stratégique pour aborder le sujet de comment on se projette dans l’avenir. Les questions qui se posent sont notamment comment diversifier les sources de financement, faut-il ou non ajouter un spectacle payant lors des prochaines années… Tout cela sera discuté après cette édition. - En attendant, pensez-vous que ce festival a rempli sa mission? - Le fait qu’il dure depuis sept ans est un indice de sa réussite. C’est aujourd’hui un des trois ou quatre festivals des plus connus au Maroc. A l’étranger, il a aussi gagné en notoriété, il est maintenant inscrit dans les rencontres du genre qui comptent. Et tous les intervenants qui participent à sa tenue peuvent en être fiers, y compris le public car il est un des ingrédients incontournables de sa réussite.


Sécurité

CE sont plus de 700 membres des forces de sécurité qui seront déployés chaque soir du 7 au 10 juillet pour assurer le bon déroulement de la manifestation. Cette année la sécurité est renforcée par la mise en place de caméras de surveillance qui vont balayer les espaces du public. Comme chaque année, de nombreux VIP sont attendus à la rencontre. Parmi eux, des membres du gouvernement ont confirmé leur présence.Propos recueillis par Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc