×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Festival des musiques sacrées
Ouverture en apothéose

Par L'Economiste | Edition N°:3036 Le 01/06/2009 | Partager

. La XVe édition a tenu toutes ses promesses. La manifestation se poursuit jusqu’au 6 juinFastueuse… La XVe édition du Festival des musiques sacrées de Fès ne déroge pas à la règle. La manifestation qui se tient sous le thème «l’arbre de vie» se poursuivra jusqu’au 6 juin. Les visiteurs se comptent déjà par milliers et les organisateurs s’en frottent les mains : 4.000 spectateurs au total ont assisté à la cérémonie d’ouverture le vendredi dernier. La ville a inauguré une nouvelle fontaine à la place de la Résistance pour accueillir ce qui est devenu son plus grand rendez-vous annuel. Un véritable spectacle de lumières et de jets d’eau qui a retenu des centaines de personnes pendant plusieurs minutes sur cet axe qui mène directement vers la place Bab Makina où se déroule le festival. Lors de cette soirée inaugurale, beaucoup de personnes ont attendu, devant les portes d’entrée, l’arrivée de SAR la princesse Lalla Salma pour la saluer. Parmi les présents, plusieurs ministres ainsi que plusieurs personnalités du monde des affaires. Au cours de cette soirée, le célèbre compositeur et musicien Marcel Khalifa et l’ensemble Mayadin avec Oumeima Khalil, ont enchanté les festivaliers pendant plus de deux heures. Le lendemain, samedi 30 mai, le public avait rendez-vous, au musée Batha à 9h du matin, avec une nouvelle «Rencontre de Fès» sur «l’origine du monde: Big bang et explications divines». Rencontre animé par le philosophe et historien Mohamed Arkoun. Le même espace a accueilli la danseuse et chorégraphe indienne Shantala Shivalngappa «Gamaka». Celle-ci a donné un récital de danse classique indienne de Kuchipudi. Sur la scène de Aït Sekato, deux spectacles purement amazighs ont été présentés par les célèbres chanteuses populaires, Fatima Tihihit Imzine et Chérifa Kersit. Le soir, à Bab Makina, un public composé en grande partie de jeunes, est venu assister à la prestation de Marwa Wright, la reine du gospel et de la soul music de la Nouvelle-Orléans (USA). D’autres rendez-vous sont particulièrement attendus, notamment les créations «cordes et âmes» du célèbre violoniste de jazz Didier Lockwood et sa rencontre avec la chanteuse marocaine Ihsane R’Miki, ainsi que «Melos-chants de la Méditerranée», des artistes, comme Sami Yussuf, ou encore les Derviches tourneurs de Konya et Loreena Mc Kennit Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc