×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès/Investissement
Des projets agréés pour plus de 10 milliards de DH

Par L'Economiste | Edition N°:2803 Le 20/06/2008 | Partager

. Energie, BTP et tourisme… les plus ciblés à fin mai. Nouvelles zones d’activités économiques en constructionFès n’a jamais séduit autant d’investisseurs que durant les trois dernières années. En effet, l’activité économique a été stimulée depuis l’arrivée, en juin 2005, du wali, Mohamed Rherrabi. Lequel préside, en personne, le comité des investissements. Sa priorité est de redonner confiance aux opérateurs et leur fournir une plateforme de choix pour leurs projets. Le responsable de l’autorité avalise tout projet porteur de valeur et qui respecte les caractéristiques de la capitale spirituelle. «Nous voulons faire de Fès une ville touristique pour une clientèle de marque mue par le culturel», précise Rherrabi. Même son de cloche auprès du maire, Hamid Chabat. Pour ce dernier, Fès doit évoluer sans pour autant commettre les erreurs de développement qu’ont connues certaines agglomérations. L’élu fait allusion à l’urbanisme, la préservation du patrimoine et de l’environnement, et l’économie de l’énergie. En d’autres termes, la ville acceptera des projets ayant un rayonnement international, mais qui respectent ses aspects culturel, traditionnel et spirituel. «C’est d’ailleurs cette vision que cherchent aujourd’hui les opérateurs». Les propos sont de Fouad Ouzzine, directeur du Centre régional de l’investissement (CRI). Selon lui, le Centre a adopté une démarche évolutive et permanente de perfectionnement de ses services. Ainsi, au niveau du guichet d’aide à la création d’entreprises, les résultats enregistrés, de janvier à fin mai 2008, confirment globalement la tendance haussière du niveau des créations d’entreprises. En effet, durant les cinq premiers mois de l’année en cours, ce guichet a délivré 1.159 certificats négatifs (+14%) et a permis la création de plus de 454 entreprises (+10%) comparativement à la même période de l’année 2007. Le secteur des services et la forme juridique «Sarl» dominent au niveau des créations réalisées avec respectivement une part de 60% et de 77%. Ces entreprises devront générer quelque 1.700 emplois.Au niveau du guichet d’aide et d’appui aux investisseurs, le montant global des projets d’investissement ayant reçu l’avis favorable a atteint plus de  10 milliards de DH. Ce montant correspond à 79 projets. Ils devront permettre de créer quelque 11.286 emplois. Les secteurs de l’énergie et mines (30%), BTP (33%) et du tourisme (27%), suivis du secteur industriel avec 9%  du total des projets d’investissement agréés.Au niveau des emplois prévus, le secteur du BTP constitue la principale source génératrice de postes pour cette période de l’année 2008 avec 3.960. Le secteur du tourisme prévoit, à lui seul, 3.600 emplois. Y participent notamment Atlas Hospitality Morocco qui envisage la création de plus de 150 emplois dans son futur hôtel de luxe, des Singapouriens qui veulent transformer le Palais Mokri en une soixantaine de maisons d’hôtes, LabelVie qui lancera incessamment la construction de son nouveau magasin à Fès, et le mall «Fès Plaza Center», un projet qui se fera sur une superficie de plus de 3 ha et qui prévoit un investissement global de l’ordre de 4 milliards de DH.Par ailleurs, la mise en œuvre d’un ensemble de projets structurants, tels l’espace Fès Shore, le projet d’aménagement et de développement de la zone sud et sud-ouest de la ville, la nouvelle zone industrielle prévue à Ras El Ma (700 ha) et l’espace intégré de magasins et aires de dédouanement, créera une nouvelle dynamique au niveau de la région. Celle-ci sera hissée au rang de destination offshore. A Signaler, au passage, que le projet Fès Shore Park est en phase d’élaboration. Il consiste en la réalisation d’une zone dédiée aux activités business process offshoring lancées dans le cadre du programme Emergence. Cette plateforme technologique permettra à Fès et à sa région de s’intégrer dans une économie du savoir à forte valeur ajoutée. Ce projet mobilisera, enfin, un investissement de 425 millions de DH sur une superficie de 14 ha extensible sur 22. Il permettra de créer quelque 5.000 emplois. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc