×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Fès/Centre pour malvoyants: La «wilaya» réagit

    Par L'Economiste | Edition N°:2482 Le 12/03/2007 | Partager

    A la suite de l’article publié dans notre édition du 28 février sous le titre «Après Aïn Chock, nouveau scandale à Fès» (cf. www.leconomiste.com), le bureau de la section locale de l’Organisation alaouite pour la promotion des aveugles du Maroc (OAPAM) et l’Institution Mohammed-V pour la sauvegarde des aveugles de Fès ont envoyé les droits de réponse suivants via la wilaya de Fès!«PARLER de scandale dans ce qui se passe au Centre est une exagération mal intentionnée, car rien ne prouve qu’il s’agit vraiment de scandale. Comparer ce complexe à celui d’Aïn Chock à Casablanca est injuste et n’a aucune commune mesure avec la réalité de notre Centre du moment que l’image présentée à l’appui ne correspond pas à la réalité puisqu’il s’agit bel et bien d’un espace en cours de restauration et réparation.Quant aux relations douteuses entre filles et garçons, elles ne dépassent pas les apparences prises en photos, et elles sont combattues, si elles existent, d’une manière éducative et responsable.Enfin, pour ce qui est de la plainte de la jeune fille Imane, personne n’a pu justifier ce qu’elle prétend ni par consultation médicale, ni par témoignage oculaire de la part des élèves voyants coexistant à l’établissement.Avant de finir, il me reste à déplorer la violation de la dignité de l’établissement faite par la visite nocturne d’un étranger venant de la part de votre journal qui a réussi à atteindre les dortoirs des filles sans aucune autorisation préalable et en se faisant passer pour un émissaire de la préfecture de Fès.Pour conclure, je vous prie Monsieur le Directeur de bien vouloir ouvrir une enquête sérieuse permettant de faire assumer à chacun ses responsabilités et d’éclairer de manière rationnelle l’opinion publique, dans l’attente de procéder à une poursuite judiciaire».(IMSAF)


    LES termes utilisés par votre journaliste et son introduction de nuit dans le centre Mohammed-V pour la sauvegarde des aveugles en se faisant passer pour un envoyé de la wilaya auprès du gardien dénotent d’un non-respect de la noble mission du journalisme.Les photos prises de nuit comportent des légendes mensongères:- L’état «déplorable du centre» vu de jour aurait permis de constater que le centre est en pleine rénovation par une grande entreprise de Fès qui a changé toute la plomberie, raison pour laquelle la photo représentant soi-disant les «toilettes nauséabondes» sont tout simplement le sanitaire qui a chanté;- sur la photo qui montre les petites filles dans leur chambre en attendant de dormir, ce qu’il y a de plus normal, on voit plutôt les lits qui sont parfaitement faits.- Le complice en question a omis de dire que:- les filles ont deux encadrantes qui passent la nuit avec elles;- le matériel spécifique aux élèves est entièrement fourni par l’OAPAM;- le centre a été construit sous hautes directives de Sa Majesté le Roi- le centre est suivi par des personnalités comme la présidente nationale qui est S.A.R. la princesse Lamiaa et le wali de la région de Fès/Boulemane avec un bureau régional composé de professeurs non voyants (ex-élèves du centre) et de femmes bien connues dans la ville pour les activités professionnelles et leur engagement associatif.(OAPAM)-----------------------------------------------------------------------------------NDLR: L’Economiste maintient l’intégralité des informations obtenues au cours de son enquête.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc