×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Fès
Un demi-million de personnes sous l’INDH

Par L'Economiste | Edition N°:2797 Le 12/06/2008 | Partager

. 324 millions de DH alloués à la lutte contre l’exclusion. 65 projets sélectionnés pour l’année en coursTrois ans après le lancement de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), celle-ci a-t-elle réduit la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale? A en croire le bilan présenté par l’autorité locale, la réponse est oui, même «s’il reste beaucoup à faire». «Notre objectif est d’impliquer davantage les conseils municipaux pour qu’ils s’approprient ce programme», indique un responsable de la wilaya. Selon lui, ce sont quelque 550.000 personnes qui ont bénéficié de différents projets lancés dans la région.De fait, une enveloppe globale de 324,23 millions de DH a été consacrée à 380 projets sociaux. Les fonds de l’INDH ont contribué à hauteur de 197,66 millions de DH. Le reste est pris en charge par les conseils élus, la Radeef et plusieurs acteurs associatifs. Ainsi, dans le cadre de la lutte contre la pauvreté en milieu rural, la commune de Ouled Tayeb a bénéficié de 7 projets. Y figurent, un complexe socio-éducatif, une salle polyvalente, Dar Taliba, un centre de formation agricole, une bibliothèque, et une maternité. D’un coût global de 9,4 millions de DH, ces projets sont destinés à 19.200 bénéficiaires. En milieu urbain, quelque 119 projets ont vu le jour sur les 189 programmés dans les 20 quartiers sélectionnés. Ainsi, près de 508.381 personnes ont bénéficié du programme de lutte contre l’exclusion sociale. Le montant consacré est de l’ordre de 138,5 millions de DH, dont 78,25 millions assurés par le Fonds de soutien de l’INDH. «Ces réalisations ont été rendues possibles grâce à la mobilisation de tous les intervenants et l’implication de la société civile», souligne-t-on à la Division de l’action sociale (DAS) à la préfecture de Fès. En tout, 54,6 millions de DH ont été dédiés à la lutte contre la précarité et près de 30 millions de DH pour le programme transversal. A ce jour, l’essentiel des projets est déjà réalisé ou en cours d’achèvement.Pour ce qui est de 2008, une enveloppe de 95,65 millions de DH a été allouée pour la réalisation de 65 projets à Fès. Ce budget concerne le programme de lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain (70,27 millions de DH) et celui de lutte contre la précarité sociale (25,38 millions de DH). Pour le premier, une cinquantaine de projets verront le jour. Ils concernent les activités génératrices de revenu (AGR) et la formation qualifiante, l’animation socioculturelle et sportive et l’accès aux services et infrastructures de base. Ces projets devront bénéficier à plus de 212.000 personnes. Ils portent notamment sur le dallage des voies, la réhabilitation des réseaux d’assainissement, le renforcement de l’éclairage public, la création d’espaces verts et de détente, des centres de jeunes et de foyers féminins, la création et la réhabilitation de terrains de sport et l’aménagement d’un marché sous-terrain au profit des marchands ambulants.


Dysfonctionnements au crible

Le programme de lutte contre la précarité sociale porte sur la construction et l’équipement de Centres d’accueil et d’insertion, la réhabilitation de centres d’accueil existants et l’appui aux associations. Le fonds de soutien de l’INDH y participe à hauteur de 23,5 millions de DH. Ce montant ira notamment à la construction et l’équipement d’un centre de formation et de qualification de la femme et d’un centre d’accueil pour les enfants abandonnés entre 7 et 15 ans, l’extension du centre Aïn Kadous de formation en métiers d’artisanat, la construction du Centre «Ras El Ma» pour la qualification et l’insertion des enfants et des jeunes et l’appui aux associations. A la préfecture, les responsables se penchent sur des dysfonctionnements entravant la mise en oeuvre des projets de l’INDH: pêle-mêle, l’indisponibilité des terrains dans certains quartiers, le manque de professionnalisme de certains partenaires et la faiblesse des ressources humaines sont citées.Y. S. A.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc