×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Fès
Immobilier: Les grands groupes se positionnent

Par L'Economiste | Edition N°:2797 Le 12/06/2008 | Partager

. Fès City Center, Fès-Médina 2010… des projets à coup de milliards . 1.240 hectares de zones ouvertes à l’urbanisation FÈS est à son tour rattrapée par la fièvre de la pierre. Depuis deux ans, les immeubles poussent comme des champignons, les groupes s’installent et les prix du mètre carré montent en flèche. A l’image de Marrakech, jamais il n’y a eu autant de grues en activité du moins à en juger par le nombre de chantiers en cours. La plupart de ces programmes mobilisent d’importants investissements privés et publics. Parmi les opérateurs actifs dans la région, le groupe Addoha qui mène de nombreux projets dans la ville. Le dernier en date est le gigantesque programme lancé en partenariat avec la Commune urbaine et Al Omrane en mars dernier. Il s’agit de l’aménagement intégré de «Fès City Center», d’un investissement estimé à 5 milliards de dirhams, qui sera réalisé dans un délai de 5 ans sur 32 hectares. Ce programme prévoit l’aménagement d’un grand parc central sur 8,5 ha de promenade et de loisirs. Le deuxième volet comprend un complexe multifonctionnel comportant un hôtel, un palais des congrès de 3.000 places, des commerces, un siège pour la mairie et plus de 2.500 appartements haut standing. L’autre projet d’envergure, lancé dernièrement, est celui de «Fès-Médina 2010». Initié par la société Salamanca, un des géants espagnols de l’immobilier, ce projet confirme l’engouement des opérateurs ibériques pour la ville. Il intervient quelques semaines après le lancement des opérations du groupe Marina d’Or. Représentant près d’un milliard de DH d’investissement, le projet est composé d’une gare routière, d’un centre commercial et de 2.351 habitations sociales. Le chantier s’étale sur une superficie de 15 ha dans le quartier Bab Ftouh. D’après le cahier des charges, Salamanca s’engage à réaliser les travaux comprenant le projet d’urbanisation et le morcellement des terrains, la construction de la gare routière et la création d’un complexe résidentiel et commercial de 27.000 m2, destiné au commerce et à l’artisanat. D’autre part, Al Omrane affiche de grandes ambitions pour 2008. Son programme général d’intervention devrait enregistrer, cette année, un bond de 161% en termes d’unités, y compris les projets en cours d’études. Le programme de la société comporte 114 opérations sur une assiette foncière de 3.747 ha, pour un coût global de 6,35 milliards de DH. L’habitat social prédomine avec plus de 84.000 unités, dans le cadre de la prévention et résorption de l’habitat insalubre et de mise à niveau urbaine. L’assiette foncière mobilisée par le programme général d’intervention dépasse ainsi les 3.700 ha, soit l’équivalent de la superficie d’une ville de taille moyenne, et doit bénéficier à plus de 500.000 habitants. Plus de 71% des unités sont situées dans la région de Fès-Boulemane. Le nouveau produit appelé «Logement 140.000 DH» est également programmé par la société cette année. Au total, 2.392 logements de ce type dont 132 seront réalisés par Al Omrane et 2.260 par les promoteurs privés. Ces derniers sont d’ailleurs très actifs dans la ville. Saïss Invest S.A, par exemple, réalise le projet des villas Saïss Garden, un chantier qui occupe une superficie de plus de 13 ha, et englobe un ensemble résidentiel de 336 villas, 116 appartements et 52 commerces. Le projet prévoit un investissement global de plus de 376 millions de DH. En tout cas, la ville de Fès connaît une prolifération des projets immobiliers. Tous les segments du secteur sont concernés: haut et moyen standing, économique et habitat social. Et ce n’est pas tout. Selon l’Agence urbaine et de sauvegarde de Fès, la superficie totale des zones ouvertes à l’urbanisation s’élève à 1.240 hectares. Ainsi, pour faire face à cette demande grandissante, les responsables de la ville préparent un nouveau plan d’aménagement. A signaler que le déficit actuel en logement dans la ville est estimé à 50.000 unités, et ce, malgré le nombre croissant de chantiers en cours. Al Omrane a identifié des terrains (1.100 ha) appartenant aux collectivités ethniques pour de grands projets d’aménagement intégré. Ces derniers font actuellement l’objet de négociations avec les autorités compétentes.


Attention aux infractions et à la flambée des prix

TOUS les opérateurs immobiliers ont le regard tourné vers les terrains des coopératives situés dans les envions de Fès. «Là, les opportunités d’affaires sont encore juteuses», indique Najib Soubaii, responsable du groupe immobilier Al Fath Al Jadid et également architecte. Selon lui, tous les terrains de la réforme agraire situés dans le périmètre urbain sont épuisés. De ce fait, les promoteurs s’orientent désormais vers la périphérie où l’on peut trouver des terrains non équipés à 1.000 DH/m2. Ceux-ci coûtaient en 2007 la moitié de ce prix (500DH/m2). Le centre-ville n’a pas échappé, lui aussi, à cette hausse. Les quelques lots, encore non construits, sont détenus par des promoteurs qui ne se précipitent pas sur la vente. En d’autres termes, ils veulent spéculer et demandent des prix faramineux allant jusqu’à 60.000 DH/m2. Des prix que l’on trouve surtout aux quartiers Allal Benabdellah et Hassan II. Pour ce qui est du quartier résidentiel «Route d’Imouzzer», là, le prix moyen au m2 des terrains de villas est passé de 1.000 DH en 2002 à 7.000 DH actuellement, soit une augmentation de 700%. Cette hausse, ajoutée au coût des principaux intrants (ciment et fer), se répercute naturellement sur le portefeuille du client final. Ainsi, la fourchette de prix est de 8.000 à 12.000 DH pour les villas. Lesquelles sont commercialisées via des agences immobilières, telle Century 21 qui a trois représentations rien qu’à Fès. Pour les zones immeubles R+6, les prix sont passés de 5.000 DH en 2002 à plus de 30.000 DH aujourd’hui. A noter au passage que les appartements des avenues Moulay El Kamel et Allal Benabdellah, qui coûtaient, il y a trois ans, 5.000 DH/m2, sont proposés actuellement jusqu’à 16.000DH/m2. Tout dépend de l’emplacement et de la finition à l’intérieur des apparts. Mais pour bon nombre d’observateurs, cette flambée des prix ne durerait pas longtemps. Une régulation devrait s’opérer dans les mois qui viennent. Par ailleurs, et avant d’arriver à la phase de la commercialisation, tous les promoteurs sont soumis à des opérations de contrôle, assurées par l’Agence urbaine et de sauvegarde de Fès. En effet, la division de contrôle comprend un service constitué de deux brigades comprenant chacune deux agents assermentés chargés du contrôle. Ces brigades effectuent des tournées quotidiennes de contrôle à travers tout le territoire de la wilaya pour s’assurer de la conformité des chantiers ouverts avec les plans autorisés. «Ladite opération est d’une importance primordiale et nécessaire pour assurer un cadre bâti homogène et garantir une bonne qualité en matière de construction et de sécurité», explique un responsable de l’agence. Selon lui, ces brigades assistent également aux différentes réunions et sorties programmées par les autorités locales et la commune. Parallèlement, la division du contrôle examine un nombre important de requêtes en rapport avec le contrôle, émanant des citoyens, professionnels et associations. D’après le rapport de cette division, quelque 72 PV de constat d’infractions ont été enregistrés durant le premier trimestre.Y. S. A.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc