×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès/Agriculture
Le «Plan vert» régional conforté par les pluies

Par L'Economiste | Edition N°:2915 Le 04/12/2008 | Partager

. Sept filières agricoles retenues . Amélioration du cheptel, formation des agriculteurs... les priorités LES dernières pluies ont ramené au beau fixe le moral des agriculteurs de Fès-Boulemane. D’autant plus qu’une feuille de route ambitieuse pour la région a été tracée dans le cadre du «Plan vert». De fait, les précipitations enregistrées jusqu’à fin novembre dans la région ont atteint plus de 200 mm contre 40 mm la même période de l’année dernière, soit une hausse de 500%. Ce qui a permis aux agriculteurs de travailler leurs terres tout en étant rassurés sur les récoltes. «Les dernières précipitations vont être bénéfiques pour les trois prochaines campagnes agricoles», déclare un expert. A ce jour, les superficies emblavées sont estimées à près de 17.000 ha. Signalons que le rythme de mise des engrais et des semences sélectionnées s’est accéléré en novembre. Les points de vente de semences sélectionnées (blés dur, tendre et orge) et engrais ont connu un rush remarquable. Quelque 3.481 quintaux de semences sélectionnées (blés dur, tendre et orge) et les 900 quintaux d’engrais ont permis de couvrir les besoins de la campagne, laquelle concerne cette année 16.850 ha consacrés aux cultures d’automne avec 12.200 ha pour les céréales, 2.700 ha pour les légumineuses, 1.100 ha pour les cultures fourragères et 850 ha réservés aux légumes. Pour ce qui est de la déclinaison régionale du «Plan vert», le projet de Fès est basé sur 7 filières, à savoir les céréales, l’olivier, le câprier, les viandes blanches et rouges, la filière lait et les rosacées fruitières. Par ailleurs, il est prévu d’atteindre une superficie de 2.500 ha de câpriers et la production des semences sélectionnées sur une surface de 1.000 ha. Notons que la région assure 70% de la production nationale. Par ailleurs, la création de nouvelles coopératives est prévue. De manière générale, les objectifs arrêtés ciblent l’amélioration de la productivité du cheptel et la valorisation de la production laitière. Pour le développement de la filière «lait et viandes rouges», des unités d’engraissement, et l’acquisition de génisses de race pure sont au programme. La formation des éleveurs figure également parmi les priorités. Les plantations oléicoles devraient passer à 64.000 ha d’ici 2020. Ce qui permettrait d’améliorer la productivité pour atteindre un rendement moyen de 5 t/ha. Enfin, le «Plan agricole régional» s’assigne pour objectif l’amélioration du niveau de vie des agriculteurs de la région.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc