×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Fès: Un «minbar» du Xe siècle transporté… dans un camion de fruits et légumes!

Par L'Economiste | Edition N°:1623 Le 15/10/2003 | Partager

. Le Musée Batha dispose aujourd'hui de plus de 6.000 objets d'art et historiques. Il est souvent sollicité afin de prêter des pièces particulièrement raresMême après sa restauration, le Musée Batha n'atteint pas sa vitesse de croisière, à en juger par le nombre de visiteurs. “La moyenne mensuelle des visiteurs ne dépasse pas 1.000 personnes”, indique Henia Chikhaoui, conservateur du Musée Batha. Pour dire que le coup de relifting n'a pas pour autant drainé les visiteurs. Les périodes du festival des musiques sacrées et du Moussem Moulay Idriss restent les plus fructueuses. A ces occasions, le nombre de visiteurs tourne autour de 2.000 à 3.000 par jour”, affirme Chikhaoui. Une clientèle constituée essentiellement de visiteurs étrangers. Pour leur part, les familles fassies boudent le musée. Alors qu'auparavant, elles venaient passer la journée à sillonner les patios de Batha. Les artisans de la ville venaient s'inspirer des expositions des anciens “maâllems”. Ces habitudes ont disparu avec le temps, surtout après l'instauration d'un prix d'entrée depuis 2 ans. Pour les responsables du musée, il est inconcevable que les gens refusent de payer un ticket à 10 DH seulement. “C'est la source d'accrochages à la porte du musée. Les visiteurs ne veulent pas payer cette petite somme pour valoriser le patrimoine historique et culturel”. Le Musée Batha, un lieu hautement symbolique, est l'un des plus anciens musées nationaux. Il abrite plus de 6.000 pièces d'art et historiques. Il est souvent sollicité afin de prêter le temps d'une manifestation ou d'une exposition des pièces particulièrement rares. Parfois, le prêt devient une “cession”. C'était le cas de 45 objets prêtés, en 1997, à une fondation privée pour une durée de deux ans. Les responsables de cette fondation ont prolongé la durée du prêt à 100 ans. “Ils ont tout fait pour s'approprier ces objets qui, en réalité, appartiennent à tous les Marocains”, souligne Chikhaoui. Il y a quelques jours, un “Minbar” datant du Xe siècle a été prêté à une association pour une exposition à Rabat. Cet objet historique a été acheminé dans un camion de transport de fruits et légumes. C'est avec un sentiment de douleur que les 11 personnes veillant quotidiennement à l'entretien du musée ont assisté au chargement du Minbar sur le camion. “En principe, ceux qui empruntent les œuvres du Musée Batha devraient s'assurer des meilleures conditions de transfert pour que l'opération se réalise sans dommage”, regrette Chikhaoui. Les responsables du musée s'interrogent sur le devenir du Minbar fabriqué dans un style fassi. Tout déplacement d'un objet d'art l'expose à des risques beaucoup plus importants qu'on ne pourrait l'imaginer. “Ces pièces doivent être transportées par des équipes spécialisées dans la manutention des objets d'art”, explique-t-on au musée Batha. Reste à signaler que la pièce la plus ancienne au musée Batha est une poutre de la mosquée Karaouiyine datant du IXe siècle. A noter que le musée vieux de près de 100 ans est bâti sur une superficie de 1.000 m2.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc