×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Fès se dote d’une maison des relations internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:2355 Le 06/09/2006 | Partager

    . L’idée est inspirée de la ville de MontpellierS’inspirant de la ville de Montpellier, la capitale spirituelle vient de s’enrichir d’une maison des relations internationales (MRI). Son inauguration s’est déroulée jeudi dernier en présence d’Hélène Mandroux, maire de Montpellier. Ainsi, Fès est la première ville au Maroc à avoir dédié un établissement pour ses hôtes étrangers. Logée dans une vieille bâtisse de l’ancienne médina et située à proximité du Palais Jamaï, la MRI de Fès s’étale sur une superficie de près de 400m2. Elle abrite, outre deux salons traditionnels, une loggia, deux grandes suites, une cuisine, des vestiaires, un espace de travail équipé en ordinateurs et Internet et une terrasse offrant des vues panoramiques sur la médina et sur les Monts de l’Atlas. «Cette maison, qui fait partie du patrimoine de la commune, était fermée pendant plusieurs années. Elle a été restaurée et équipée pour une enveloppe de près d’un million de DH», explique Mohamed Laaraqui, premier vice-président du Conseil de la ville de Fès et chargé des relations internationales. Et d’ajouter que c’est aussi l’endroit idéal pour les séjours des responsables des villes jumelées et/ou partenaires de Fès. A terme, elle accueillera également de nombreuses manifestations culturelles. Par ailleurs, en ce qui concerne le volet de la coopération décentralisée, Laaraqui ne cache pas sa satisfaction. Selon lui, depuis que le jumelage a été réactivé entre Fès et Montpellier, cette dernière s’est engagée activement dans la réalisation d’un Plan de déplacement urbain pour Fès. Autre projet en cours, l’équipement de la médiathèque qui devrait ouvrir ses portes le mois prochain. La coopération entre les deux villes touche également le domaine de la santé. En effet, entre les CHU de Fès et de la ville française, il existe un partenariat concernant notamment des échanges de délégations de personnels, médicaux, paramédicaux, administratifs et techniques. Il est prévu aussi des visites de spécialistes de haut niveau dans les domaines d’intérêt commun. Une chose est sûre, les conventions unissent et lient les institutions et fixent les objectifs. Le partenariat avec Montpellier fixe des objectifs et esquisse un nouveau paysage de la coopération maroco-française. «Nous développons des échanges à divers niveaux: culture, économie, éducation, jeunesse, sport, universités, santé et réhabilitation du patrimoine», conclut Laaraqui. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc