×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: Le relogement envers et contre tout

Par L'Economiste | Edition N°:2235 Le 16/03/2006 | Partager

. Les autorités déterminées à mener l’opération à son terme. Déjà le programme donne ses premiers fruits Démolitions de baraques, relogement des bidonvillois et mise à niveau des quartiers sous équipés. A Fès, l’heure est véritablement à la restructuration. De fait, le programme de mise à niveau urbaine et de lutte contre l’habitat insalubre, présenté au Souverain en décembre 2004, se poursuit. Lundi dernier, environ 150 baraques ont été démolies en présence de Taoufiq Hjira, ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, et Mohamed Rherrabi, wali de la région Fès-Boulemane. L’opération est de taille. Elle constitue une avancée dans le cadre du programme «villes sans bidonvilles en 2007». Dans la ville de Fès, les secteurs d’Aïn Smen et Douar El Asker se sont développés sous forme d’habitats informels où des milliers de personnes vivent dans des baraques, édifiées en dehors de toutes normes réglementaires de sécurité. Le nombre de ménages concernés est estimé à 5.000, répartis sur les deux plus grands bidonvilles de Fès. Sur le plan social, les familles qui y demeurent ont, généralement, de très faibles revenus: à Douar El Asker, cela représente près de 60% des foyers. Le reste, des militaires retraités qui louent les baraques aux étudiants de la faculté de Dhar El Mehraz. Ils gagnent ainsi, grâce à ce commerce, entre 1.000 et 7.000 DH par mois. Les recaser, c’est donc les priver d’un revenu important. C’est pourquoi ils s’opposent à l’opération de relogement (cf:www.leconomiste.com) qui se fera, selon les responsables, «envers et contre tout». Aujourd’hui, des centaines de personnes ont reçu les clés de leurs nouveaux appartements. Et ce n’est qu’un début, puisque le projet concerne 2.044 logements sociaux. Ce parc, sis quartier Aïn Smen, bénéficie à 2.044 ménages pour un financement global de 89,68 millions de DH. A Dhar El Mehraz, la population cible est estimée à quelque 2.750 familles. Ici, l’Etablissement régional d’aménagement et de construction centre-nord (ERAC-Centre nord) a réalisé une première tranche de 660 appartements. Le financement du projet est évalué à 466 millions de DH. Il vise, outre le relogement des ménages, la restructuration de 300 bâtisses. Hjira souligne, par ailleurs, que 372 des 649 familles bénéficiaires de la première tranche ont versé partiellement ou totalement, durant les six derniers jours, date du début de la commercialisation, les montants dont ils doivent s’acquitter. Les autres familles sont, quant à elles, en train de constituer leurs dossiers afin de bénéficier d’un appartement. L’accès aux logements peut se faire soit par appropriation immédiate contre paiement de 45.000 DH pour les appartements de 60 m2 et de 55.700 DH pour ceux d’une superficie de 68 m2, soit par un système de location-vente. Un loyer, inférieur à 300 DH/mois, pour les démunis est à l’étude. Reste à signaler qu’il y a des gens qui réclament plus de flexibilité de la part des banques.


4.000 maisons

A l’issue de la visite de Hjira, six conventions de partenariat pour la construction de 4.000 unités de logement à Fès ont été signées. Ces dernières lient le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme et les promoteurs immobiliers privés, en l’occurrence, «le groupe Addoha», «société Amlak», «société Khadiri immobilier», «société Menzel Yasmine», «Saïss-développement» et «société Azzahrae Al-Jadida». Ces professionnels, qui bénéficieront ainsi du foncier public assaini et valorisé, prévoient un investissement de l’ordre de 800 millions de DH. «Outre la construction de quelque 700 appartements nous envisageons la réalisation d’un centre d’accueil au profit des enfants handicapés», indique Hassan El Mesnaoui, responsable du groupe Amlak.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc