×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Affaires

Fès: Le quartier Zouagha réhabilité

Par L'Economiste | Edition N°:2488 Le 20/03/2007 | Partager

. La sécurité au cœur des priorités L’opération de mise à niveau de la ville de Fès avance bien. Après l’ancienne médina et de nombreux quartiers périphériques, c’est au tour de l’arrondissement de Zouagha de bénéficier de l’attention des autorités locales. En effet, cet arrondissement, qui compte plus de 40% de la population de la préfecture de Fès, souffre de nombreux déficits notamment en matière de voirie, éclairage public, transport, sécurité, etc.Ainsi, le chantier porte sur la réfection des routes. Un projet mené par la municipalité et qui sera achevé en 2008. Le budget dépasse les 2 milliards de DH, dont une enveloppe de 200 millions de DH allouée par l’Etat. Déjà les premiers signes du changement sont visibles. Zouagha a vu ses routes s’élargir en double voie avec une allée centrale plantée de palmiers à l’instar de l’avenue Hassan-II. Des grands ronds-points et espaces verts figurent également au programme. «Personne n’y aurait cru», commente un vieil homme dans la salle. Installé au quartier Bensouda depuis 1980, ce dernier a suivi l’évolution désordonnée dudit quartier. Selon lui, des milliers de familles, issues de l’exode rural, s’y sont installées dans des baraques de fortune. Aujourd’hui, grâce au programme Villes sans bidonville, quelque 1.400 ménages ont été relogés et les baraques détruites. De fait, l’évolution urbanistique suppose que les autres départements notamment ceux des services publics (électricité, transport, etc.) suivent...Pour l’électricité, à titre d’exemple, l’arrondissement est alimenté à 60%. Ce taux, qui est partagé entre le service offert par la Radeef et celui de l’ONE, est appelé à s’accroître. S’agissant du transport en commun, les habitants déplorent l’inexistence parfois de bus assurant le déplacement entre leur arrondissement et le centre-ville. A cet égard, la régie s’apprête à acheter une trentaine de bus neufs. La Ville subventionne cette acquisition à hauteur de 6 millions de DH.Par ailleurs, la priorité est accordée au volet sécurité. Ainsi, le préfet, Mohamed Arous, souligne que les unités mobiles offrent un service de proximité. L’action se focalise aussi sur la délinquance juvénile. Des partenariats sont mis en place avec la société civile pour mettre en place des actions de prévention. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc