×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Fès: Le parc Jnane Sbil restauré

Par L'Economiste | Edition N°:2929 Le 26/12/2008 | Partager

. Le chantier nécessite plus de 31 millions de DH Formant une charnière entre la médina, Fès-Jdid et la cité Mérinide, et s’étendant sur une superficie de 7,5 hectares, le jardin Jnane Sbil connaît actuellement une grande opération de restauration. D’un coût global de l’ordre de 31,3 millions de DH, celle-ci est initiée par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, en partenariat avec le Conseil de la ville de Fès, la wilaya, l’Office national de l’eau potable (Onep), le groupe Addoha et la Direction générale des collectivités locales. De fait, les travaux sont décomposés en plusieurs tranches dont la première relative à la restauration des murailles et du Borj Cheikh Ahmad jouxtant le jardin, a déjà été réalisée par l’Ader-Fès. Une deuxième tranche relative à la réhabilitation du mail central (plantations, fontaines, mobilier urbain, allées...) est également achevée pour un montant de 6,23 millions de DH. La remise en état des espaces floraux est réalisée à hauteur de 70%. Elle coûtera la bagatelle de 9,53 millions de DH. A noter que la réhabilitation du système hydraulique (lac, répartiteur, canaux...) et la réintroduction de l’eau (à raison de 100 litres/seconde depuis Ain Senned à 10 km en amont) à Jnane Sbil nécessiteront pas moins de 14,3 millions de DH. Si ce montant constitue évidemment près de la moitié du budget de la réhabilitation, l’eau est la composante essentielle dudit parc. Aménagé au 18e siècle sous le règne de Moulay Abdallah avant de devenir jardin public au début du 20e siècle, ce lieu de détente et de villégiature était longtemps prisé pour ses ressources hydrauliques. Situé sur le grand répartiteur de l’Oued Fès dont l’eau a conditionné la fondation et le développement de la ville, le parc s’organise autour de l’eau, omniprésente dans les canaux, les seguias, le lac et les fontaines. Les remparts et les borjs du 17e siècle lui confèrent une forte monumentalité accentuée par le mail central, grande perspective Nord-Sud qui s’inspire des ordonnancements arabo-andalous intégrant bassins, fontaines et végétation organisés de façon très graphique. Enfin, plus d’une centaine d’essences végétales de grande qualité rehaussent l’intérêt de l’ensemble. Victime des sécheresses consécutives et de l’outrage du temps, l’ensemble de ces composantes nécessitait une véritable prise en charge. Et c’est ce qui a été traduit par l’initiative de la Fondation Mohammed VI qui a été lancée en 2006. Pour les responsables de cette Fondation, «le parc de Jnane Sbil est considéré comme un héritage culturel du Maroc de par le rôle qu’il a joué en tant qu’espace de rencontres et en tant que haut lieu de la résistance». De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc