×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: Le jour où l’aéroport a été pris d’assaut!

Par L'Economiste | Edition N°:2057 Le 05/07/2005 | Partager

. L’exercice “Roco3”, une simulation de prise d’otages. Réactivité, procédures et moyens  L’aéroport de Fès-Saïss a été récemment le théâtre d’un exercice de gestion de crise. Dirigeants de l’Office national des aéroports (ONDA), autorités locales, forces de l’ordre et journalistes étaient présents pour cet événement. Une grande préparation l’a précédé et tout le monde était en état d’alerte. En effet, l’exercice en question consiste en une simulation d’une situation de crise dont le scénario était maintenu secret jusqu’à son déroulement. Pour Abdelhanine Benalou, directeur général de l’Office, “cet exercice est d’une importance cruciale, dans la mesure où il demande une dynamique et une préparation logistique spéciale”. La journée de Fès s’inscrit dans le cadre du programme national pour la sécurité s’étalant entre 2004 et 2007. Lequel programme s’accompagne d’une stratégie globale pour l’amélioration des services dans les aéroports. A ce titre, le Maroc est actuellement le seul pays en Afrique et dans le monde arabe à disposer d’un centre international de formation relevant de l’Organisation mondiale de l’aviation, chargé de la formation des cadres nationaux et étrangers en matière de sécurité aérienne. Pour “Roco3”, le nom de code de la simulation en grandeur nature testée à Fès, les organisateurs ont choisi le cas d’une prise d’otages. Leur souhait était d’évaluer la mise en place d’une équipe de gestion de crise, l’efficience de la chaîne de commandement des différents intervenants et le fonctionnement et l’équipement du centre directeur des opérations d’urgence. Le plan de gestion de crise de l’aéroport, la coordination avec les services d’appui externes, le traitement des victimes et des médias étaient notamment dans leur cahier des charges. “Les événements doivent répondre à une certaine chronologie pour que l’exercice soit proche de la réalité”, explique le responsable de l’exercice. Et d’ajouter que Roco3 est organisé par l’Onda, en partenariat avec l’Organisation de l’aviation civile internationale (l’OACI). Troisième du genre, après celui organisé en mai 1998 à l’aéroport Mohammed V de Casablanca et celui de l’aéroport Agadir Al-Massira en mai 2000, l’exercice établi à l’aéroport Fès-Saïss a connu un franc succès. Outre les autorités aéroportuaires, Roco3 a impliqué aussi bien les autorités nationales que locales en relation avec la sûreté. En fait, avec l’appui de la RAM, Civil Aviation Authority, OACI, “Roco 3” est intervenu conformément aux exigences du Programme national de sûreté et aux recommandations de l’OACI. Le but de ces simulations n’est autre que d’évaluer le niveau de riposte des autorités en charge de la sûreté à différentes formes d’harcèlement, la réaction générale des différents intervenants ainsi que les procédures et les moyens disponibles.


Evaluation

En tout cas, l’Onda est sorti gagnant de ce Roco3. Il a pu évaluer la réactivité des équipes de gestion de crise, l’efficience de la chaîne de commandement, le fonctionnement du centre directeur des opérations (CDUO) et l’ensemble des intervenants. Benallou en est fier d’ailleurs. Il a félicité tous ceux qui ont contribué aux succès de ces opérations de grande importance.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc