×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: Le Fondouk américain rouvre ses portes

Par L'Economiste | Edition N°:1881 Le 22/10/2004 | Partager

. Créé en 1927, cet hôpital vétérinaire veut régulariser son statut. 18.000 bêtes y sont soignées régulièrementLe Fondouk américain, fondation spécialisée dans le traitement et les soins gratuits aux animaux, a finalement décidé de rouvrir ses portes après une fermeture de plus d’un mois. Situé au quartier El-Wajriyine sur la route menant vers l’ancienne médina et Bab Ftouh, ce Fondouk dont le siège est à Boston, existe depuis 1927. Il a été fondé par l’Américaine Amy Ben Bishop.Doté d’un budget mensuel de 60.000 DH principalement réservé à l’achat de médicaments au Maroc, l’établissement vit grâce aux dons de la fondation mère et de pays étrangers. Il reçoit annuellement près de 18.000 bêtes de somme de la région de Fès-Boulemane qui y sont soignées gratuitement avant d’être rendues à leurs propriétaires. Une “routine” qui dure depuis 77 ans. Plusieurs directeurs, employés et chercheurs se sont succédé et le Fondouk n’est toujours pas reconnu comme une fondation de bienfaisance d’utilité publique. Tout de même, il est considéré comme l’unique hôpital vétérinaire à Fès. Son actuel directeur n’est autre que le Dr vétérinaire Denis Frappier. Ce dernier est à ce poste depuis 10 ans. Pour lui, “le Maroc est accueillant, c’est aussi un très beau pays, mais la lourdeur administrative rend les gens un peu fous”. En effet, à la suite de la demande en 1984, des autorités marocaines aux organisations non gouvernementales de régulariser leurs statuts de reconnaissance pour qu’elles puissent exister légalement, le Dr Frappier avait entamé des démarches administratives. “Le 13 décembre 2003, le dossier du Foundouk a été remis aux autorités marocaines pour une régularisation de situation. Mais sans résultat. Notre attente a duré jusqu’au mois d’août 2004. En vain. Ne pouvant plus nous approvisionner en matériels et en produits de l’étranger, on a décidé de fermer”, explique-t-il. Au cours des 3 dernières années, le Fondouk a connu de grandes difficultés de fonctionnement car il n’avait plus le droit depuis 2001 de faire entrer les lots de matériels et de médicaments tant que le caractère d’utilité publique ne lui est pas reconnu. Aujourd’hui, le responsable du Fondouk est rassuré, la situation sera régularisée. Il a eu des contacts positifs avec l’ambassade des Etats-Unis et le Cabinet royal. “On m’a affirmé que notre dossier a été bel et bien reçu et que le statut de notre établissement sortira d’ici fin octobre”, conclut Frappier.


L’histoire du Fondouk

DANS les années 20, l’Américaine Amy Ben Bishop était en vacances à Fès. Cette dame avait estimé que les bêtes devaient bénéficier de meilleurs traitements et devaient être protégées de la maltraitance. De retour à New-York, Amy a consacré 8.000 $ pour la réalisation de ce projet, baptisé “Fondation vétérinaire et de pharmacie”. Le Fondouk américain est devenu au fil des années une institution pour la dispense de soins gratuits, la distribution de médicaments et la prévention des maladies. Aujourd’hui, il dispose outre d’une salle de chirurgie, d’un laboratoire d’analyse, d’une ambulance équipée pour le transport des animaux, d’un entrepôt de stockage pour les aliments (paille et autre) et d’un bloc de convalescence pour les bêtes malades. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc