×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Fès: Le Complexe culturel est fin prêt

    Par L'Economiste | Edition N°:1984 Le 23/03/2005 | Partager

    . Le bâtiment est resté en chantier depuis 1988. Les travaux n’ont repris qu’en septembre dernierBonne nouvelle pour les comédiens. Les travaux d’aménagement du complexe El Hourrya, destiné à abriter le Théâtre de Fès, sont achevés. La capitale spirituelle et culturelle du Royaume est finalement dotée d’une salle de théâtre et de conférences de 400 places environ. Construit sur 4 niveaux et une superficie de 2.500 m2, le complexe comprend notamment deux salles d’exposition, une salle de gestion, des bureaux et une bibliothèque. Outre les lieux couverts, l’architecture de ce bel endroit offre une estrade à ciel ouvert. “Celle-ci servira aux artistes voulant se produire en plein air, surtout pendant l’été”, indique Hamid Chabat, maire de la ville. Et d’ajouter qu’une allée piétonne a été aménagée… Un parking, un restaurant et autres lieux d’animation et locaux commerciaux ne tarderont pas à l’être aussi.Bref, le monument est enfin là. “C’est une première, le rêve est devenu réalité. Maintenant j’espère bien qu’il y ait un vrai palais des congrès à Fès”. C’est dans ces termes que Ahmed Tayeb Laâlej, notre comédien légendaire, a exprimé récemment sa satisfaction de voir naître un tel établissement. Toutefois, Laâlej insiste à ce que l’endroit soit entretenu bien comme il le faut. A ce titre, la commune vient d’engager 6 femmes de ménage et 4 agents de sécurité. Ils se chargeront de l’entretien et du gardiennage pour une enveloppe annuelle de 200.000 DH. D’autre part, le Conseil essaye de poser les jalons d’un partenariat durable avec l’Institut français. Lequel pourrait assurer la gestion du centre. Une gestion qui ne sera qu’exemplaire, dit le maire, surtout que l’endroit est venu après une longue attente. Rappelons que le complexe El Hourrya existe depuis la fin des années 80. Il a été partiellement construit grâce à un crédit du Fonds de développement arabe de l’ordre de 8 millions de DH. L’entreprise en charge de la construction a réalisé les gros oeuvres et une partie de l’étanchéité. Cependant, n’ayant pas été payée en totalité pour manque de fonds, l’entreprise a arrêté les travaux et occupé les lieux. Le projet est donc resté en suspens en attendant un financement. Une somme de 23 millions de DH était nécessaire pour achever complètement les travaux et régler les arriérés de l’entreprise. A l’époque, la Communauté urbaine de Fès (CUF) ne pouvait pas supporter le crédit. Ce n’est qu’en 1997 que la CUF obtient les fonds nécessaires via un crédit du Fonds d’équipement communal (FEC). Pour des raisons de procédures administratives, les travaux n’ont pu reprendre qu’en 2002 pour être encore une fois suspendus quelques temps plus tard.Dès son arrivée à la tête de la commune urbaine, Chabat avait promis de résoudre ce problème. Le dossier a été donc repris en main en septembre dernier. Après cinq mois de travaux intenses et un financement de 15 millions de DH, le complexe a fini par voir le jour. Chabat se penche actuellement sur un autre dossier. C’est celui de la Bibliothèque municipale située au quartier Saâda où les travaux ont commencé il y a plus d’un mois. “J’ai fait de l’aboutissement des projets non achevés mon cheval de bataille… Fès aura sa bibliothèque municipale vers la fin de l’année 2005, c’est une promesse”, conclut Chabat.  De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc