×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Fès : La grève reprend au CHU

Par L'Economiste | Edition N°:2643 Le 01/11/2007 | Partager

. Un mouvement de protestation lancé hier. Yasmina Baddou entame les négociations Les professeurs du CHU de Fès sont décidés à aller « jusqu’au bout » pour obtenir gain de cause. Après une grève de deux jours, la semaine dernière, les professeurs récidivent jusqu’au 1er novembre. Cette fois-ci, la nouvelle ministre de la Santé, Yasmina Baddou, les a rencontré hier matin. La rencontre ayant été programmée à huis clos, la presse, notamment le journaliste de L’Economiste, ayant été priée de quitter la salle. Les discussions entre la ministre, le syndicat des enseignants de la Faculté de médecine de Fès et les médecins résidents, n’ont apparemment pas abouti. L’ordre de grève est maintenu encore aujourd’hui. Seuls les services de réanimation et les urgences sont opérationnels. «La ministre veut plus de temps pour étudier le dossier. Nous espérons que sa réponse ne va pas trop tarder», déclare un responsable du syndicat. Au menu des revendications, l’amélioration des conditions de travail, la couverture médicale, le renforcement des équipes et plus de moyens pour l’enseignement. «Nous n’avons aucune couverture médicale. Lors des gardes, les repas ne sont pas pris en charge et notre salaire ne dépasse pas 1.500 DH/mois», explique un interne. Et d’ajouter que le diplôme délivré par la Faculté de médecine de Fès n’est pas reconnu comme un doctorat national: «De fait, certains lauréats n’ont pas pu avoir une équivalence ailleurs.» Autre réclamation des grévistes, l’ouverture immédiate du nouveau CHU. A cet égard, Yasmina Baddou a promis d’affecter un budget de fonctionnement et des ressources humaines à la nouvelle infrastructure l’année prochaine. Mais aucune date précise n’est avancée. A signaler que le nouveau CHU nécessitera pour sa gestion pas moins de 1.700 personnes, encadrants et personnel paramédical.Rappelons qu’actuellement, trois hôpitaux font provisoirement office de CHU. Le précédent ministre de la Santé, Mohamed Cheikh Biadillah, avait annoncé que le nouveau siège du CHU devait ouvrir en 2007. Les travaux et les équipements sont quasiment bouclés mais, faute de budget, le projet tarde à se concrétiser.  De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc