×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès: La gare ferroviaire opérationnelle en novembre

Par L'Economiste | Edition N°:3115 Le 25/09/2009 | Partager

. Un investissement de 70 millions de DH Plus que quelques semaines avant l’ouverture de la nouvelle gare ferroviaire de la capitale spirituelle. Celle-ci étant prévue en novembre. Les ouvriers mettent les bouchées doubles pour respecter le délai de livraison (18 mois). A noter que le chantier a atteint un taux de réalisation de plus de 90%. D’un investissement global de 70 millions de DH, la nouvelle gare permettra d’améliorer la capacité d’accueil actuelle et de rentabiliser au maximum les installations ferroviaires. De conception moderne, la structure est réalisée sur une superficie de 20.000 m2, dont une surface couverte de l’ordre de 6.200 m2. Un grand hall d’entrée (1.600 m2), des bureaux (800 m2), des locaux commerciaux (1.800 m2) et des quais couverts (2.000 m2) ont été aménagés. A l’extérieur du bâtiment, des passages supérieurs et souterrains pour voyageurs, un parking de 6.800 m2 (275 places), une grande place ouverte (4.250 m2) et une zone paysagère (2.800 m2), sont en cours d’achèvement. Une fois finalisés, ces espaces permettront de doter la ville d’un cadre adéquat au niveau de l’avenue Al Mouahidine dont l’aménagement des voiries sera pris en charge par la commune à l’image des autres principales artères.

Passages à niveau
Aussi, l’organisation de la «station» des grands et petits taxis serait d’un grand apport. Sans oublier la lutte contre les prostituées et les vagabonds qui squattent habituellement le jardin mitoyen de la gare. D’autant plus que bon nombre de touristes individuels arrivent par train et sont «gracieusement» accueillis et harcelés par de multiples phénomènes qui guettent ce lieu. En tout cas, l’«assainissement» de cette place nécessitera un travail méticuleux et concerté de la part des services de sécurité, des autorités et des élus.     Outre la nouvelle gare, l’ONCF, en partenariat avec le conseil communal, mène son projet de suppression des passages à niveau gardés (à Bensouda et Zouagha). Ces passages vont être remplacés par des ponts-rails, à l’intérieur de la ville de Fès. D’un budget global avoisinant les 60 millions de DH, cette initiative vise à assurer une meilleure sécurité de la circulation, tant pour les trains que pour les véhicules routiers qui doivent franchir les voies ferrées. Les travaux devraient s’échelonner sur une période de 18 mois. Mais, un léger retard a été enregistré au niveau de Zouagha pour cause des fortes pluies.  Par ailleurs, le chantier de doublement de la voie ferrée entre Meknès et Fès (57 km) est l’un des maillons forts de l’Office. Celui-ci entre également dans le cadre du programme d’augmentation de la capacité du réseau ferré. Inscrit dans le programme d’entreprise de l’ONCF, ce projet a facilité la circulation ferroviaire sur les axes les plus sollicités du réseau, et a assuré la fluidité d’une part importante du trafic des voyageurs et des marchandises.Rappelons que l’ONCF avait dégagé une enveloppe budgétaire de 1,3 milliard de DH à cet effet, en partenariat avec la BEI (Banque européenne d’investissement) et la JBIC (Banque japonaise pour la coopération internationale). Pour les responsables de l’Office, la mise en service de ce tronçon a permis l’amélioration de l’offre ferroviaire sur cet axe. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc