×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Fès: L’agenda culturel booste l’activité

    Par L'Economiste | Edition N°:3240 Le 25/03/2010 | Partager

    . Des retombées sur l’économie de la région. Plus de 754.000 nuitées enregistrées en 2009A partir de ce mois de mars et jusqu’à la fin de l’année, la ville de Fès accueillera une vingtaine d’activités de grande envergure. De l’avis de l’ensemble des acteurs de la ville, l’agenda culturel, tel qu’il est conçu aujourd’hui, a d’importantes retombées sur l’économie locale. Dans ce sens, les amateurs du septième art se sont retrouvés, depuis hier, au complexe culturel Al Houria. Trois jours durant (du 24 au 27 mars), ils célèbrent la 15e édition des Journées du film marocain. Organisé par l’Association Médi Film Création Maroc, en partenariat avec le Centre cinématographique marocain et la Commune urbaine de Fès, cet événement porte cette année un regard sur le cinéma italien. La projection d’une trentaine de films figure au programme. En même temps, l’Université Sidi Mohamed Benabdellah de Fès organise un grand concours pour dénicher les étudiants les plus talentueux en chant et musique. «Une sorte de Star’Ac qui pourrait faire de certains étudiants d’aujourd’hui des stars de demain», commente Farissi Esserghini, président de l’Université. Et d’ajouter que les lauréats seront pris en charge et aidés à faire leurs premiers pas sur le chemin de la célébrité.Ensuite, la ville accueillera le Festival de la culture soufie. Un festival, jeune, de quatre ans, et qui se confirme parmi les manifestations les plus prisées par une clientèle internationale. Il a d’ailleurs attiré des centaines de touristes étrangers lors de sa troisième édition. Initié par l’agence Par-chemins, sous le thème «Mystique et poésie», l’événement est prévu du 17 au 24 avril. Les concerts seront gratuits ou payants. Il devra connaître cette année une belle réussite, nous affirment ses organisateurs.Ensuite, Fès logera le forum sur l’Union pour la Méditerranée dans sa troisième version en présence de grandes sommités économiques et politiques. C’est la Fondation Esprit de Fès qui l’organise, du 2 au 4 juin, en collaboration avec plusieurs partenaires marocains et étrangers. Le thème de cette édition est «L’UPM face aux enjeux et défis de l’éducation et de la culture». Organisé par le Centre marocain interdisciplinaire des études stratégiques et internationales (Cmiesi), la fondation Esprit de Fès, la ville de Fès, en collaboration avec plusieurs partenaires marocains et étrangers, ce congrès entend aboutir à une meilleure réflexion sur l’espace méditerranéen. La clôture de ce forum coïncidera avec l’ouverture du Festival de Fès des musiques sacrées du monde. Prévu du 4 au 12 juin sous le thème «Voyage initiatique», ce festival est l’événement phare de la ville de par l’essor national et international qu’il connaît. Pour Abdelhak Azzouzi, directeur de l’Esprit de Fès, la 16e édition de ce festival présentera un programme illustrant, comme chaque année, la volonté de célébrer les cultures du monde à travers leurs musiques mais également lors de débats et colloques qui auront lieu du 5 au 9 juin, durant les «Rencontres de Fès». Ensuite, le Jazz in Riads, festival dans les palais et les demeures de la médina et le Festival des arts culinaires. Pour Allal Amraoui, premier vice-président du Conseil de la ville, le calendrier culturel de la ville est très riche. «Il est conçu de manière à répondre à tous les goûts. L’objectif étant de booster l’activité touristique», renchérit Amraoui. Même son de cloche auprès de Said Benamer, chef de la division culturelle de la ville. Selon lui, l’agenda culturel de Fès est polyvalent. On y trouve des «festivals touristiques» qui s’appuient souvent sur un monument (Bab Makina, Bab Boujloud…) ou un cadre prestigieux et cherchent à susciter une fréquentation nouvelle par l’animation des lieux. Dans tous les cas, ces manifestations assurent de véritables retombées économiques, tout en remplissant leur mission culturelle.


    Bénéfices

    Fès a enregistré en 2009 quelque 754.000 nuitées. Outre le développement économique, les festivals peuvent favoriser l’implication locale des habitants au travers d’actions culturelles réparties sur l’année. D’autant plus qu’ils peuvent être des facteurs d’intégration et de lutte contre l’exclusion. Surtout s’ils se positionnent dans les quartiers les plus défavorisés ou isolés de la ville. C’est le cas, par exemple, du Festival dans la ville qui se tiendra du 5 au 13 juin et présentera les expositions, les soirées soufies et une riche programmation de concerts offerts à la population de la ville et à tous les festivaliers. Son organisatrice, Zineb Lamrabet, promet d’ailleurs un riche programme musical à Bab Boujloud, Ait Sekkato et Dar Tazi. L’accès étant gratuit aux activités du festival «Off». L’on apprend, enfin, la participation d’artistes populaires à l’image de Najate Aatabou, Abdelaziz Stati, et plusieurs groupes de rap de la place (Fès City Clan, Chabka,…).De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc